Page du projet. Le Cycle de Shaedra, Tome 5: Histoire de la dragonne orpheline.

11 Musique voleuse

Des nouvelles nous parvinrent nous apprenant qu’au nord de la forêt de Belyac, il y avait eu de terribles inondations. Par contre, ici, la pluie avait cessé, remplacée par la neige.

La neige recouvrait tout. Le matin, les kals har-karistes, nous arrivions à la Pagode bleue en grelottant, avec l’envie de bouger. Le maître Dinyu admit avec humour qu’il n’était pas habitué à lutter par un tel froid et que, probablement, lui, qui était peu enclin aux gestes superflus, se serait figé comme une stalactite s’il ne s’était pas emmitouflé dans une énorme peau d’ours qui m’aurait fait transpirer profusément.

Heureusement, les jours de froid intense furent peu nombreux, mais, malgré tout, le froid provoqua la mort de trois personnes. Un de ces malheureux fut Tanos l’ivrogne, qui fut retrouvé au milieu d’une rue, enterré sous la neige. Cela me fit tant de peine que je ne fus pas capable de voir son corps plus de quelques secondes avant de m’enfuir. Un enfant en bas âge d’une famille très pauvre, qui vivait de l’autre côté du fleuve, mourut aussi, ainsi qu’un elfe noir ivre qui tomba dans le Tonnerre et ne réussit qu’à atteindre la rive sans pouvoir demander de l’aide.

Lorsque l’atmosphère commença à se réchauffer, la neige se mit à fondre et le Tonnerre se transforma de nouveau en une bête féroce et rageuse se ruant vers la mer. Les rives et les maisons proches furent inondées et même emportées par le courant. Le fleuve laissa sur son passage un paysage dévasté et désolant.

— Au moins, il n’a pas emporté le pont —commenta Révis, alors que nous sortions de la Pagode, après la leçon de har-kar.

— Pas encore —souligna Sotkins.

— Pauvres gens —marmonna Galgarrios, en secouant la tête—. Il leur arrive toujours la même chose.

— S’ils ne construisaient pas leurs maisons si près de la rivière… —commenta Laya, en roulant les yeux.

— Ils n’ont pas le droit de construire de l’autre côté de la colline —observai-je.

Laya haussa les épaules.

— Oui, eh bien, alors, qu’ils aillent construire leurs maisons sur la colline voisine.

Je soufflai.

— Ce sont des journaliers —dis-je—. Ils travaillent dans les champs de l’autre côté de la rivière. Tu ne peux pas les éloigner encore davantage des terres.

— Par tous les dieux, Shaedra, on dirait que tu es l’avocate de ces gens —intervint Zahg, en riant.

— Ce n’est pas cela —répliquai-je—. Mais ils ont déjà suffisamment de malheurs pour qu’en plus les autres habitants s’en prennent à eux.

— Ils ne s’en prennent pas à eux —m’assura Galgarrios—. Ce matin, presque tous les cékals d’Ato se sont proposés pour aider ceux qui sont restés sans toit.

Je souris.

— Je parie que Nart est l’un d’eux.

Laya soupira doucement.

— Moi, je crois que Nart Hénélongo ferait un bon Daïlerrin —dit-elle.

Sotkins et moi échangeâmes un regard amusé.

— Ce dont Nart a besoin, c’est d’une bonne dose d’humilité —fit la bélarque—. Bon, moi, je rentre chez moi —ajouta-t-elle précipitamment, avant que Laya puisse répondre—. À demain !

Nous nous séparâmes et je partis en courant au Cerf Ailé.

Cette après-midi-là, je me rendis à la bibliothèque pour poursuivre ma lecture et en apprendre davantage sur l’Archipel des Anarfes. C’était un livre extrêmement intéressant, mais, comme je ne voulais que personne soit au courant de ce que je lisais, je préférais ne pas l’emporter chez moi.

L’archipel avait d’innombrables îles et les marées étaient irrégulières et pouvaient avoir de grandes amplitudes, de sorte que, parfois, une île à marée basse pouvait se transformer en plusieurs îlots à marée haute. Selon les descriptions, il y avait beaucoup de rochers et de récifs. Il y avait même de larges roches énormes qui s’élevaient très haut comme de grandes tours, au-dessus de la mer. Au sud de l’archipel, se trouvait une île d’une certaine étendue appelée Sladeyr, qui donnait sur la mer des Aiguilles. Dans le livre, on parlait surtout des dragons, de leurs caractéristiques diverses, de leur nombre. Apparemment, ils n’étaient pas aussi nombreux que le contaient les légendes ; pourtant, le livre racontait l’aventure d’un explorateur qui avait réussi à voir une vingtaine de dragons rouges dans le ciel, tournoyant autour de l’une de ces tours naturelles. D’après Kwayat, un dragon rouge adulte était beaucoup plus grand que Naura, la dragonne orpheline des Hordes. Ce devait être magnifique et terrifiant à la fois de rencontrer l’une de ces créatures.

Je m’imaginai, alors, Aléria et Akyn sur une petite barque, en train de contempler ces énormes roches peuplées de dragons, et je secouai la tête, sans pouvoir étouffer complètement mon inquiétude. Aléria et Akyn n’étaient pas des aventuriers, me répétai-je. Et même si Stalius les accompagnait, je ne voyais pas comment ils pourraient passer au travers de ces régions inhospitalières et échapper aux Adorateurs de Numren pour sauver Daïan. C’était un de ces projets extravagants typiques des contes ou de mon esprit délirant. Aléria était beaucoup plus raisonnable que ça. Et Akyn n’était pas courageux au point d’affronter des fanatiques qui voulaient soutirer à Daïan tous ses secrets d’alchimie.

Ce jour-là, je terminai de lire le livre et je consacrai la fin de l’après-midi à feuilleter les études de théorie celmiste sur la perception que nous avait conseillées le maître Dinyu. Il disait qu’il fallait connaître tous les arts celmistes et que, même si nous n’étions pas des experts en perception, nous devions savoir ce que les perceptistes étaient capables de faire. C’était un raisonnement très judicieux et, pourtant j’avais l’impression qu’en suivant son conseil, je ne parviendrais jamais à connaître toutes les possibilités que pouvaient présenter les arts celmistes. Et j’étais sûre que le maître Dinyu en était conscient. Lui-même ne pouvait pas tout savoir.

Il faisait déjà nuit quand je sortis de la bibliothèque. Avant d’entrer à la taverne, je passai par les étables et je rendis une visite à Trikos. Ces derniers jours, j’avais à peine été le voir et je me sentais coupable de l’abandonner. Il est vrai que Kirlens s’en occupait déjà très bien, mais Trikos était le cheval de Lénissu et j’éprouvais une grande affection pour ce candian au pelage roux.

Lorsque j’entrai dans l’étable, je me rendis tout de suite compte que Trikos était agité. Quelque chose le perturbait, me dis-je, en fronçant les sourcils.

Il y avait deux autres chevaux. Un noir et un blanc. Deux chevaux de bonne race. Sans doute appartenaient-ils à deux voyageurs qui avaient décidé de passer la nuit à l’auberge.

— Trikos —dis-je, doucement—. Du calme, eh, qu’est-ce qui t’arrive ?

Je lui caressai les naseaux et Trikos sembla se tranquilliser. Je souris. L’on voyait clairement dans les deux grands yeux noirs du candian qu’il se réjouissait de ma présence.

J’examinai ensuite en détail les chevaux étrangers et je pris congé de Trikos avec une pluie de caresses qui le fit rire. Lorsque j’entrai dans la taverne, Kirlens jouait une partie de cartes avec trois clients, les mêmes que d’habitude.

— Salut, Shaedra. Comment s’est passée la journée ? —me demanda-t-il, en se tournant vers moi, le visage souriant, pendant que les autres blaguaient à propos de la partie de cartes.

— Bien. Des étrangers sont venus ? —demandai-je.

— Oui, ils sont déjà partis dormir. Ils étaient épuisés. Qu’est-ce que vous attendez ? —demanda-t-il aux autres.

— C’est ton tour !

— Ah. Voilà.

— Maudit ! Je n’ai pas de cette couleur —se plaignit son voisin.

— Au fait —ajouta Kirlens, en se tournant vers moi—. Tu as une assiette de riz toute prête. Je pense qu’il doit être encore chaud.

En effet, le riz était encore chaud et je le mangeai avec voracité. Quand j’eus terminé, je revins à la taverne et je passai un moment à observer la partie de cartes jusqu’à ce que Syu apparaisse.

“Bonnes nouvelles !”, me dit-il. “Lénissu est ici.”

Je le regardai, le souffle coupé, stupéfaite, puis je saisis enfin tout le sens des paroles de Syu. Lénissu était de retour ! Et incognito, sans aucun doute. Je me levai un peu brusquement et je bâillai.

— Je vais me coucher. Aujourd’hui, le maître Dinyu nous a fait faire cent fois la technique de la Chèvre.

— Kirlens, cette pauvre petite dit des choses de plus en plus bizarres —observa le plus âgé des joueurs.

— Tu peux parler ! —s’exclama un autre—. Quand tu te mets à nous expliquer tes techniques pour bien faire pousser les plantes, personne ne te comprend non plus.

Je les laissai là, amusée par leurs discussions, et je grimpai dans ma chambre précipitamment. Tout en montant, je demandai à Syu plus de détails. Apparemment, il avait vu Lénissu rôder dans le bois au nord d’Ato, pas très loin de l’endroit où j’avais perdu ma robe blanche, l’année précédente. En plus, il était avec une autre personne dont il n’avait pas réussi à voir le visage dans l’obscurité.

“Mais je suis sûr que c’était l’oncle Lénissu”, insista-t-il, enthousiaste.

“L’embêtant c’est que ce n’est pas encore la meilleure heure pour sortir. Il y a encore beaucoup de gens éveillés”, méditai-je.

Envahie par la joie, j’avais du mal à penser clairement, mais je n’étais pas assez folle pour sortir d’Ato à une heure où n’importe qui aurait pu me voir.

“Il est sûrement revenu chercher Corde”, raisonnai-je, en faisant nerveusement les cent pas dans ma chambre.

“Tu crois qu’il apportera Frundis ?”

Un soudain espoir m’envahit. Mais je secouai la tête.

“C’est Neldaru qui me l’a volé. Je ne crois pas qu’il l’ait dit à Lénissu.”

“Tu penses toujours qu’il te l’a volé, n’est-ce pas ?”, fit Syu, pensif.

Je traînai la chaise près de la fenêtre, je m’assis et contemplai la nuit. Il y avait encore trop de lumières allumées, me dis-je, impatiente. Le temps passait avec une lenteur exaspérante.

Une chose était claire : Lénissu essaierait de récupérer son épée par tous les moyens. Mais comment passer au travers de la garde, entrer dans le quartier général et passer inaperçu sous les yeux du Mahir ? C’était une question que je me posais depuis plus de deux mois, quand j’avais commencé à rôder autour du quartier général dans l’espoir de trouver une façon de surmonter tant d’obstacles.

Il aurait besoin de mon aide, me dis-je fermement. Après tout, j’avais des notions sur les harmonies et les arts celmistes, et Lénissu ne semblait pas savoir grand-chose sur le sujet. Évidemment, tout ne se résumait pas aux connaissances celmistes, mais j’étais sûre que cela pourrait aider.

Convaincue de cela, je me levai, me sentant beaucoup mieux, et Syu prit un air interrogateur.

“Tu as une idée”, observa-t-il.

“Pourquoi dis-tu cela ?”, lui répliquai-je, en souriant.

“Parce que tu as la même expression jubilatoire que moi, lorsque je trouve une corbeille de bananes”, expliqua-t-il très sérieusement.

Je repris mes allers-retours dans ma chambre, agitée, mais cette fois j’ourdissais un plan. Je connaissais exactement tous les interstices à l’extérieur du quartier général, et j’y étais entrée deux fois. Sans aucun doute, le Mahir devait garder l’épée chez lui. Où, sinon ? La maison du Mahir se situait à l’intérieur du quartier général, mais elle se trouvait à l’opposé de la prison, de sorte que j’avais à peine pu l’étudier.

Syu et moi, nous escaladerions le mur jusqu’au toit de la grande maison du Mahir. Lénissu resterait en bas pour nous avertir si quelqu’un venait. Et Syu et moi, nous déroberions l’épée à l’usurpateur, complétai-je, moins enthousiaste, en me rendant compte que Lénissu n’accepterait jamais un tel plan. Je le connaissais suffisamment pour le savoir : il ne me laisserait jamais courir un danger par sa faute. Il me l’avait déjà démontré plus d’une fois, mais, bien que cette attitude prouve qu’il m’aimait, j’étais irritée par son refus chaque fois que je voulais l’aider.

Je retournai tant de fois les choses dans ma tête que, lorsque je jetai un coup d’œil par la fenêtre, les lumières étaient déjà éteintes depuis longtemps et tous, à Ato, se reposaient tranquillement.

En moins d’un quart d’heure, j’étais hors d’Ato, descendant l’autre versant de la colline, entre les bois, les broussailles et la boue. Au début, j’avançais très discrètement, avec l’intention de ne pas être vue, mais, en voyant que Lénissu n’apparaissait pas, je commençai à faire un peu plus de bruit dans l’espoir de le voir surgir devant moi.

Lorsque j’atteignis les premiers arbres de la rive, dont le tronc était en partie englouti sous les eaux du Tonnerre, je m’arrêtai et je me demandai, tout espoir perdu :

“Es-tu sûr de ne pas avoir rêvé ?”

Syu insista :

“Rêver ? Moi, je ne rêve pas de saïjits. Quelles drôles d’idées. Un singe gawalt rêve de choses plus utiles”, ajouta-t-il, narquois.

“Alors, Lénissu doit bien être quelque part”, déduisis-je.

Les arbres, sans feuilles, déployaient leurs centaines de branches nues sur les eaux. C’était une image à la fois belle et inquiétante. Je vis alors, dans le fleuve, une forme retenue par un tronc abattu et mon cœur se paralysa un instant. Et si c’était Lénissu ? Et si le Mahir l’avait trouvé avant moi et s’en était débarrassé ? En tremblant, je m’approchai du tronc et je commençai à avancer sur son écorce humide et glissante.

Lorsque j’atteignis le corps, je m’aperçus que je m’étais trompée : ce n’était pas Lénissu, mais un cadavre de nadre rouge. Je penchai la tête, surprise. Cela signifiait qu’il y avait des nadres rouges dans les parages. Normalement, une fois morts, les corps de nadres rouges explosaient. J’écarquillai les yeux.

“Ils explosent, Syu”, sifflai-je, atterrée. “Il va exploser !”, m’écriai-je. Je me levai d’un bond en m’apercevant qu’effectivement le corps du nadre rouge commençait à émettre des bruits étranges de combustion.

À ce moment, une ombre passa près de moi, me saisit par le bras et me traîna pour ne pas dire qu’il m’emporta dans les airs jusqu’à la rive.

— Mais tu es folle ! —gronda Lénissu, alors que le nadre rouge éclatait.

— Lénissu, tu es revenu ! —dis-je, en l’embrassant affectueusement.

Mon oncle se racla la gorge.

— Vraiment, tu es au courant de tout, toi. Est-ce que tout le monde le sait ?

— Quoi ? Non, seulement Syu et moi.

— Syu… —prononça-t-il. Il secoua la tête—. Bien sûr. Allez, partons d’ici. L’explosion attirera les gardes. Par ici —m’indiqua-t-il.

Syu et moi, nous le suivîmes avec une discrétion absolue. Lénissu nous fit faire le tour de la colline et il s’arrêta non loin de l’endroit où je pratiquais le har-kar avec le maître Dinyu, les jours où il ne pleuvait pas.

Je promenai mon regard autour de moi, mais je ne vis ni la deuxième silhouette encapuchonnée que m’avait annoncée Syu, ni rien qui puisse ressembler à un petit campement.

— Je ne pensais pas te voir si tôt —admit Lénissu, en se tournant vers moi—. Ce n’est pas facile d’entrer à Ato sans que personne ne te voie.

— Pour ça, je suis une experte —lui avouai-je—. Où est l’autre personne ?

À travers l’obscurité de la nuit, je vis Lénissu hausser un sourcil.

— Ah ! Diable de nièce, y a-t-il quelque chose que tu ne sais pas ? —répliqua-t-il.

Je sentis qu’il était mal à l’aise et je souris.

— Eh bien… Pour commencer, je ne sais pas qui est cette personne qui t’accompagne.

— Plusieurs personnes m’accompagnent —révéla Lénissu, en croisant les bras.

— Neldaru et Wanli ? Alors, je pourrai récupérer Frundis !

— Très juste ! —s’écria vivement Lénissu—. Tu ne peux pas t’imaginer la torture que m’a fait subir ce maudit bâton. Sa musique était terrible. Il le faisait exprès pour que je revienne à Ato le plus vite possible.

— Vraiment ? —dis-je, émue de savoir que je manquais autant à Frundis.

“Où est-il ?”, demanda Syu, en sautant sur mon épaule, enthousiaste.

Lorsque je fis écho à la question du singe, Lénissu répondit :

— Je ne l’ai plus, je l’ai donné à Wanli pour qu’elle te le rende. Elle se fait passer pour la fille d’un riche commerçant. Et elle loge au Cerf Ailé.

Le cheval blanc et le cheval noir de l’étable, compris-je.

— Je comprends. Et elle a Frundis ?

— Oui, mais quand elle te le donnera, ne le crie pas sur tous les toits, n’est-ce pas ? Tout le monde sait que tu l’as perdu pendant l’expédition, alors si on te voit avec lui…

— Ne t’inquiète pas, je ne le laisserai pas sortir de ma chambre —lui assurai-je—. Mais dis-moi la vérité, oncle Lénissu. Tu n’es pas venu uniquement pour me rapporter Frundis. Tu penses… tenter une folie, n’est-ce pas ?

Lénissu ne répondit pas immédiatement. Il s’écarta de l’arbre contre lequel il s’était appuyé et il posa une main sur mon épaule, en me regardant dans les yeux.

— Tu le sais déjà. Et ce n’est pas une si grande folie —déclara-t-il, songeur—. Ne rien faire serait bien pire.

— Corde est… si importante pour toi ?

Lénissu se redressa et, lentement, il avança de quelques pas en direction d’Ato.

— Sans elle… je ne suis rien.

Je l’avais rarement vu aussi grave et, pour la énième fois, je me demandai qu’est-ce qu’une simple épée pouvait bien avoir de si spécial. Je me souvins que Nart avait dit que Corde, ou l’épée d’Alingar comme il l’appelait, était une relique. Comme la gemme de Loorden, ou les chaînes d’Azbhel…

— Je t’aiderai à la récupérer —lui dis-je.

— Pas question.

— Je ne t’ai pas demandé ta permission —répliquai-je, hautaine.

Lénissu se tourna brusquement vers moi. Il me regarda d’un air irrité et, moi, je le regardai d’un air entêté. Je ne céderais pas : j’étais convaincue que tout irait bien si je donnais un coup de main à Lénissu. Finalement, je vis un demi-sourire se dessiner sur son visage.

— Tu es le portrait vivant de ta mère —dit-il enfin—. Ma sœur pouvait venir à bout de la patience de n’importe qui. Nous nous sommes disputés tant de fois, étant gamins… Je ne sais pas comment ton père la supportait.

Chaque fois qu’il parlait de ma mère, les mots qu’il prononçait n’étaient jamais en accord avec le ton empreint de douceur sur lequel il les proférait.

— Alors, nous sommes d’accord —conclus-je—. En plus, j’ai de l’avance sur toi, j’ai passé plus d’un mois à étudier le quartier général.

— Oh, et qu’as-tu déduit de ton étude ? Que le quartier général a une entrée et qu’il est entouré d’un mur infranchissable ? —répliqua Lénissu, moqueur.

Je le regardai d’un air fatigué.

— Si j’ai dit que je l’ai étudié, c’est que je l’ai étudié aussi de l’intérieur. Ce n’est pas si difficile d’y entrer.

Lénissu fronça les sourcils puis s’esclaffa.

— Tu es aussi folle que moi, ma nièce. Je te l’ai déjà dit ? —Il fit quelques pas, en secouant pensivement la tête—. Qu’est-ce qui te fait croire que le Mahir garde Corde au quartier général ?

Je haussai les épaules.

— Le Mahir y vit.

— Oui, mais le Mahir sait que je vais chercher à reprendre Corde. Il ne se risquerait pas à la laisser à ma portée.

— Tu ne disais pas, il y a un instant, que le mur était infranchissable ? —répliquai-je, avec un sourire moqueur.

— Bon —dit-il, en se tournant vers moi—. Quel est ton plan ?

* * *

Le jour suivant, lorsque je revins dans ma chambre à la mi-journée, je perçus tout de suite que quelque chose avait changé. Je m’approchai du lit précipitamment et je soulevai les couvertures : Frundis était là.

Ce furent d’heureuses retrouvailles et Frundis me fredonna un air joyeux que j’avais entendu déjà très souvent. À ce que je compris, il n’avait pas écrit une seule chanson depuis que nous nous étions séparés et j’essayai d’imaginer quelle musique insupportable il avait dû imposer à Lénissu. Ce dernier avait sûrement dû souhaiter plus d’une fois le jeter dans quelque précipice, songeai-je, en sachant parfaitement à quel point la musique de mon ami compositeur pouvait s’avérer énervante quand il voulait.

Comme je devais me réunir avec Galgarrios, Ozwil, Avend et Laya à la bibliothèque, je le laissai dans ma chambre, regrettant que Syu ne soit pas revenu pour lui tenir un peu compagnie.

Au lieu de demander directement à Kirlens si les voyageurs étaient déjà partis, je passai par l’étable et je vis qu’effectivement les chevaux n’y étaient plus. En entrant ainsi à Ato, Wanli n’avait-elle pour objectif que celui de me rendre Frundis ? J’en doutais fortement. Qui pouvait savoir ce que Lénissu manigançait cette fois…

Lénissu ne m’avait pas donné de réponse claire, après que je lui avais expliqué ce que je ferais pour récupérer Corde, et je savais parfaitement que, si j’insistais, mon oncle me tiendrait à l’écart.

J’étais préoccupée par l’importance que Lénissu donnait à l’épée. Il semblait tourmenté et, la nuit précédente, j’avais perçu un éclat de rage dans ses yeux chaque fois qu’il mentionnait le Mahir. Même s’il m’avait parlé avec naturel et avait essayé de blaguer, je savais que le sujet le rongeait de l’intérieur. Ce qui ne me paraissait pas tout à fait compréhensible. D’accord, Corde était une épée spéciale, mais était-elle importante au point de se risquer à pénétrer dans la propre maison du Mahir ?

Je comparai l’obsession de Lénissu avec celle que Drakvian avait montrée le jour où elle avait perdu Ciel, sa dague. La vampire était devenue étrange et vindicative. Lénissu le cachait mieux, mais je voyais bien qu’il ne cesserait jamais de tenter de récupérer son épée.

Parfait, s’il fallait la récupérer, on la récupèrerait.

Je passai l’arc extérieur de la bibliothèque et je levai la tête. L’édifice semblait plongé dans un silence total. Comme la semaine suivante, la Pagode Bleue serait fermée pour la première semaine de Ports, pendant laquelle on organisait des jeux et des compétitions, peu de jeunes avaient décidé de passer leur après-midi à étudier. Ce n’était pas non plus mon intention, mais comme Laya et Ozwil réalisaient un recueil de chansons populaires d’Ato et de ses environs, ils m’avaient demandé de les aider. Sans doute, Frundis aurait pu les aider mieux que moi, pensai-je, en entrant dans la bibliothèque. Derrière le comptoir, je fus surprise de voir Usin. Le caïte, qui avait passé tant de temps à s’occuper de la bibliothèque, avait été absent plus d’un mois, mais maintenant il était de retour.

— Bonjour —dis-je, en souriant—. Quelle surprise de te revoir !

Usin, le visage pâle et émacié, me dévisagea, les sourcils froncés. Mon sourire disparut.

— Je suis encore vivant —répliqua-t-il, avec un air de défi.

J’éclatai de rire.

— Je m’en réjouis —lui assurai-je.

Ses yeux noirs me suivirent, lugubres, jusqu’à ce que je disparaisse par la porte de la Section Celmiste. Usin avait toujours été une personne étrange au plus au point, maladive et ténébreuse.

— Shaedra ! —m’appela Galgarrios, depuis la section d’Histoire.

— Ne crie pas, Galgarrios —le blâma Laya.

Galgarrios, Ozwil et Laya étaient assis autour d’une table, avec plusieurs livres ouverts.

— Quelle idée —leur dis-je, en me laissant tomber sur une chaise—. Faire un recueil de chansons…

— C’est un travail sérieux, Shaedra —affirma Laya—, ne fais pas cette tête. Le père d’Ozwil et le mien nous ont demandé de réaliser une anthologie pour pouvoir l’imprimer à Aefna. N’est-ce pas merveilleux ?

— Imprimer des chansons ? —Je les dévisageai, étonnée—. Quelle idée ! —répétai-je.

— Le problème, c’est qu’il y a beaucoup de chansons populaires qui ne sont même pas écrites —intervint Ozwil. Il s’appuya sur le dossier de sa chaise, abandonnant sa lecture—. C’est pour ça que nous avons besoin de toi.

Tous deux me regardaient, les yeux pleins d’espoir.

— Toi, tu connais des tas de chansons —continua Laya—. Des chansons populaires entières. Moi, je sais à peine quelques strophes.

— Et moi, encore moins —assura Ozwil.

— Mais voyons —dis-je, plongée dans mes réflexions—. Pourquoi voulez-vous faire une anthologie de chansons populaires ?

Laya et Ozwil me regardèrent quelques secondes sans répondre.

— Nos parents… —commença à dire Ozwil. Il hésita.

— Mon père adorerait avoir un livre de chansons populaires —expliqua Laya—. Il a une bibliothèque pleine de livres. Il s’agit d’une sorte de… d’une sorte de travail qui représenterait le savoir populaire d’Ato —dit-elle, en citant sans aucun doute les paroles de son père.

— Dans cette anthologie, on percevra l’histoire d’Ato —ajouta Ozwil—. Mon père dit que c’est essentiel.

— Et pourquoi ils ne le font pas eux-mêmes ? —demandai-je, avec curiosité.

Ozwil secoua la tête.

— Mon père dit qu’il est temps que je fasse quelque chose d’utile pour Ato. Comme si faire un recueil de chansons, c’était… —Il se racla la gorge, sans terminer sa phrase. À l’évidence, Ozwil n’était pas un passionné de chansons populaires.

— Alors, tu vas nous aider ? —s’enquit Laya.

Je les regardai tour à tour et je me tournai vers Galgarrios.

— Qu’est-ce que tu en penses ?

Galgarrios haussa les épaules.

— Bon. Moi, je n’aurais jamais l’idée d’ouvrir un livre de chansons, je préfère les entendre que les lire, mais… Bon —répéta-t-il.

Je souris et posai les mains sur la table, avec décision.

— Commençons.

Laya sourit, enthousiaste, et elle sortit alors un rouleau de parchemin et une plume.

— La première chanson que je voudrais mettre, sur la première page, c’est cette belle romance, sur le berger qui part dans la forêt et se retrouve entouré de rosiers, tu vois un peu celle dont je parle ?

J’acquiesçai. Comment n’allais-je pas la savoir ? Je récitais tandis qu’elle écrivait, soigneusement sur le papier. Le problème, c’était qu’il était difficile de ne pas chanter à voix haute et, à un moment, le Grand Archiviste entra dans la Section et je me tus au milieu d’un vers, l’autre moitié restant en suspens. Le Grand Archiviste fit demi-tour non loin d’où nous étions et, quand il sortit, Laya souffla :

— Il vaudra mieux que vous veniez chez moi la prochaine fois. Au fait, Avend ne devait pas venir aujourd’hui ?

Je haussai les épaules.

— Il devait avoir d’autres choses à faire.

— De toutes façons, Avend est très bizarre dernièrement —intervint Ozwil, en se levant—. On dit qu’il passe ses journées enfermé à pratiquer l’énergie arikbète.

Je fronçai les sourcils, mais je ne dis rien. Alors que nous sortions de la bibliothèque, Laya se tourna vers moi et me dit :

— Écoute, Shaedra, si tu penses à une chanson qui parle de la fondation d’Ato ou d’un évènement important, tu nous le dis, hein ?

— Hmm, il y a sûrement quelque chanson qui puisse faire l’affaire —répondis-je, songeuse, certaine que Frundis saurait m’aider—. À demain !

Cette nuit-là, lorsque je revins dans ma chambre après le dîner, Frundis me demanda de l’emmener faire une course.

“Je crains que ce ne soit pas possible cette nuit”, lui dis-je. “Lénissu est en train de planifier quelque chose sans moi et je dois parvenir à savoir ce qu’il va faire.”

“La course, c’est plus intéressant”, intervint Syu, avec une moue.

“Syu…”

“Si le problème, c’est juste que tu veux savoir ce que va faire Lénissu…”, commença à dire le bâton.

J’ouvris grand les yeux.

“Tu veux dire que tu sais quelque chose ?”

“Ah !”, s’esclaffa le bâton. “Moi, je sais des tas de choses, ma chère. Mais je ne sais pas ce que va faire ton oncle. Je ne suis pas un devin.”

“Ah !”, fit le singe, l’air triomphant. “C’est ce que je lui répète depuis longtemps. Mais elle continue à me poser des questions absurdes !”

Je soupirai, énervée, en voyant que tous deux se mettaient à parler de moi sans aucun égard.

“Si vous continuez comme ça, j’irai toute seule voir ce qu’il fait”, les menaçai-je.

Nous décidâmes cependant que nous irions tous les trois : Syu et Frundis étaient encore plus têtus que moi. J’éteignis la lumière et j’attendis peut-être une heure, assise sur une chaise pour ne pas m’endormir, mais, finalement, ce fut Syu qui me réveilla en sursaut, en poussant un cri étouffé et en s’agrippant à mon cou.

J’ouvris les yeux et je restai bouche bée, incrédule. Devant moi, dans une impressionnante robe jaune de toile très fine et luxueuse, se tenait Marévor Helith, me regardant de ses yeux d’un bleu qui me rappelait la lumière astrale de la Gemme. J’avais presque oublié son visage squelettique de nakrus et, en le voyant, je repensai à ce jour où j’avais trouvé le shuamir, alors que je n’avais que huit ans. C’était la première fois que je l’avais vu, avec un chapeau farfelu et un sourire squelettique.

Ses premières paroles furent :

— Je ne sais pas pourquoi je pensais que les ternians dormaient dans un lit, comme tous les saïjits.

Son ton léger était clairement moqueur. Je me raclai la gorge.

— Je me suis endormie —répondis-je, lentement. Et je me levai, en essayant de calmer Syu. Un frisson me parcourut et je vis que la fenêtre était ouverte.

— Tu pensais aller quelque part ?

— Peut-être.

Le maître Helith fronça les sourcils.

— Je suis venu t’avertir de quelque chose qui pourrait t’intéresser.

— Cela a à voir avec les Hullinrots ? —demandai-je.

— Exact. Comme tu le sais peut-être déjà, les Hullinrots ont souffert de lourdes pertes cette dernière année.

Je secouai la tête, en le regardant avec étonnement.

— Je ne le savais pas, comment pourrais-je le savoir ?

— Oui… Bon, maintenant, tu le sais. —Le maître Helith laissa échapper un éclat de rire bien à lui. N’importe qui l’aurait cru fou.

— Maître Helith —lui dis-je en voyant qu’il se taisait—, tu n’es pas fâché parce que j’ai perdu le shuamir ?

— Qui peut savoir s’il a mieux valu que tu le perdes ou non —répondit-il—. Mais je considère que c’est dommage que tu traites ainsi les objets que je t’offre.

Je rougis, honteuse.

— Je te demande pardon, maître Helith.

— Bah, de toutes façons, tu ne l’aurais pas mis, tu n’as pas confiance en moi —fit-il—. Je suis simplement venu te dire qu’il ne serait pas si étrange que tu voies venir un jour un Hullinrot. Je doute de plus en plus qu’ils sachent réellement ce que tu portes. Le phylactère ne leur sera d’aucune aide.

— Et pourquoi tu ne le leur dis pas ? —demandai-je, de plus en plus nerveuse.

— Parce qu’alors, ils comprendraient qu’ils ne peuvent en finir avec la liche qu’en luttant —expliqua-t-il.

— Et ils n’y arriveraient pas ?

— Peut-être bien. Mais ce n’est pas ce que je veux.

À ces propos, je restai songeuse. Le nakrus sourit largement.

— Ils sont désespérés. Leur village tombe en morceaux. Les nécromanciens meurent et certains ont déjà fui vers les niveaux supérieurs et vers les villes. Mais je sais que d’autres Hullinrots ne pensent qu’à se venger de mon petit Ribok.

Je fis une moue.

— Tu parles de Jaïxel comme si c’était encore ce garçon sympathique dont tu nous avais raconté l’histoire.

— Ce garçon sympathique existe toujours —dit Marévor Helith avec un air mystérieux—. Il faut seulement le réveiller. Dans tous les cas —ajouta-t-il—, j’ai encore deux choses à ajouter. D’abord —dit-il, en détachant un petit sac de cuir de sa ceinture—, j’ai quelque chose à te donner. Si tu perds cette magara, tu devras la chercher et la retrouver même si tu dois y passer la vie entière.

Le ton de sa voix me fit frémir au plus profond de moi. Le nakrus délia les cordons et versa le contenu dans sa paume aux longs os. C’étaient trois petites pierres. L’une d’elles était d’un bleu tirant sur le violet, une autre avait les couleurs du feu et la troisième était moitié blanche moitié noire.

— Qu’est-ce que c’est ? —demandai-je, intriguée, tout en sachant que je ne les accepterais pas.

— Une arme merveilleuse —répondit le nakrus—. Mais il faut apprendre à l’utiliser. Je les appelle les Triplées. Tu en auras besoin.

— Pourquoi ?

— Drakvian t’expliquera comment les utiliser, si elle veut bien. Je suis très heureux que vous vous entendiez aussi bien. Les Triplées sont uniques, c’est une de mes plus grandes œuvres. Mais dans les mains d’une personne sans expérience, elles peuvent causer des catastrophes. Prends-les, elles ne te feront pas de mal —m’assura-t-il, en tendant la main.

Je fis non de la tête.

— Je ne peux pas les accepter, maître Helith. Je ne comprends pas pourquoi tu t’obstines à m’offrir des objets dangereux. Je… je te remercie pour le cadeau, mais je ne peux pas l’accepter —répétai-je.

Marévor Helith, loin de s’offenser, se mit à rire, extrêmement amusé. Je le regardai, irritée, tandis que Syu se réfugiait sous le lit.

— Tu ne comprends donc pas ? —fis-je, furieuse—. Je ne peux pas les accepter. Avec la chance que j’ai, je suis sûre que je les perdrai.

— Si, par malheur, tu les perdais, tu les retrouverais —répliqua le nakrus, de nouveau sérieux—. Je ne t’ai pas demandé ton avis, de toutes façons. Les Triplées t’aideront. Elles sont très puissantes. Elles canalisent l’énergie. Il te suffit d’apprendre à les contrôler. Maintenant, tends la main.

Il parla sur un ton si autoritaire et il me regarda de telle sorte que je ne pus que tendre la main, en poussant un immense soupir. Le nakrus déposa l’une après l’autre chaque pierre ronde et posa sa main sur la mienne. Je sentis une décharge brutale qui disparut aussi vite qu’elle était venue et je m’aperçus que Marévor Helith avait saisi ma main, la serrant fort pour que je ne lâche pas les Triplées.

— Elles t’appartiennent à présent —m’annonça-t-il, en me lâchant la main et en affichant un large sourire.

— Et qu’est-ce que j’en fais ? —demandai-je, assez embêtée.

— Les garder et les utiliser quand cela sera nécessaire. —Il rit—. Un jour, tu en auras besoin, jeune terniane. Et, maintenant, une dernière question. Au sujet de cette potion que tu as bue à l’académie de Dathrun.

Je me tendis et je penchai la tête.

— Que veux-tu savoir ?

— Tu es vraiment un démon ? Les effets sont-ils permanents ?

Je restai bouche bée. À la vérité, je n’avais jamais pensé si ma condition de démon serait temporelle ou non. Mais, inconsciemment, j’avais toujours cru que cela était définitif.

— Eh bien…

Alors, j’entendis un bruit derrière la porte et je crus que le monde s’écroulait. Rapide comme l’éclair, j’entrouvris la porte et je vis une ombre disparaître au fond du couloir. Sans aucun doute, il s’agissait de Taroshi. Je refermai lentement la porte, désespérée. Je laissai échapper un bruit plaintif.

— Il le racontera à tout le monde —fis-je, atterrée—. Comment n’ai-je pas pu l’entendre ?

— Un dernier conseil —fit le nakrus dans mon dos—. Fais très attention. Et garde-toi en vie.

Je sentis un tourbillon d’énergie et, après un silence, je soufflai :

— Me garder en vie ? Et comment, si tout Ato découvre la vérité ?

Je secouai la tête et je me passai le bras sur les yeux, étourdie, avant de me retourner. Marévor Helith était sorti par la fenêtre ; il me fit un signe d’adieux de sa main squelettique et s’éloigna dans la nuit. Tout en sachant que le nakrus voulait m’aider, je me sentis soulagée de me retrouver seule, avec Syu et Frundis. Je m’approchai de la fenêtre ouverte et jetai un regard au-dehors. La nuit était très sombre, malgré la lumière de la Gemme qui brillait dans le ciel, et l’on n’y voyait rien.

Je refermai la fenêtre et soupesai les trois pierres que je tenais encore dans le creux de la main. Je les observai un moment, sans comprendre comment trois petites boules pouvaient être aussi puissantes que le disait maître Helith.

“Je n’aime pas ce saïjit”, fit le singe, en sortant de dessous le lit.

“C’est un nakrus. Mais tu as raison, le maître Helith est très étrange. Cependant, c’est lui qui nous a fait traverser le monolithe.”

“Vraiment ? Et qu’est-ce que c’est, un monolithe ?”, demanda Syu.

Je roulai les yeux.

“Je te l’ai expliqué plus d’une fois.”

Le singe gawalt grogna, souffla et grogna de nouveau. Je ne pus réprimer un sourire.

“Bon, je te l’expliquerai après, quand nous irons voir si nous trouvons Lénissu. Mais, maintenant, je dois parler avec Taroshi, sinon, il peut nous créer de gros problèmes. Je ne veux pas qu’il coure plus de rumeurs sur moi.”

Et en disant cela, je laissai les Triplées dans mon sac orange et je sortis dans le couloir. La chambre de Taroshi était en face de celle de Kirlens, au fond du couloir, sur la gauche. Je ne savais pas ce que j’allais lui dire, mais je devais faire quelque chose pour le convaincre de ne rien révéler de ce qu’il avait entendu, en supposant qu’il ait entendu quelque chose : les portes de l’auberge étaient très épaisses.

Une fois arrivée devant sa chambre, je me demandai si je devais frapper à la porte ou non, mais, finalement, je décidai que, si je le faisais, je réveillerais peut-être Kirlens, aussi, je tournai la poignée, j’entrouvris la porte et m’avançai.

— Taroshi… —murmurai-je—, tu es réveillé ?

À peine eus-je parlé, Taroshi m’attaqua en criant, un poignard à la main. Répondant instinctivement à l’attaque, j’utilisai une technique de désarmement et je lui tordis le bras dans le dos. Son poignard s’envola et, heureusement, atterrit sous le lit. Alors, je restai totalement paralysée de terreur en me rendant compte de ce que Taroshi avait voulu faire.

La porte d’en face s’ouvrit à la volée et un Kirlens affolé sortit, vêtu d’une longue chemise blanche et coiffé d’un bonnet gris.

— Shaedra ! —s’exclama-t-il—. Que se passe-t-il ?

Je crois qu’à ce moment-là, je sentis que tout le sang de mon corps m’abandonnait. Taroshi se libéra et courut vers son père, en pleurant.

— Elle m’a attaqué ! —sanglota-t-il—. J’étais descendu boire de l’eau et au retour, j’ai entendu des bruits. Shaedra parlait avec une autre personne, papa ! Et comme elle s’est aperçue que je l’écoutais, elle est venue dans ma chambre et elle m’a attaqué !

Il me regarda, me signalant du doigt. Après l’avoir écouté, je sentis un immense soulagement. Si Taroshi avait entendu et compris la conversation entre le maître Helith et moi, il aurait tout déballé d’un trait, sans égard. Mais il ne l’avait pas fait. Par conséquent, le plus probable, c’était que Taroshi ait juste entendu des voix. Rien de plus.

Laissant échapper un soupir de soulagement, je sortis dans le couloir sous le regard incrédule de Kirlens et celui haineux de Taroshi.

— Sottises —fis-je, très posément— Je ne pourrais jamais t’attaquer, Taroshi. Les personnes civilisées n’attaquent pas les gens.

— Comment ça se fait, Shaedra ? —demanda Kirlens, totalement perdu—. Pourquoi es-tu entrée dans la chambre de Taroshi ?

— Moi ? —Je laissai échapper un rire nerveux.

— Tout ceci est très étrange, Shaedra —dit Kirlens, au-dessus des sanglots de Taroshi—. Que faisais-tu dans sa chambre ? Comment veux-tu que je ne croie pas ce qu’a dit Taroshi ? Je ne l’ai jamais vu aussi affecté —ajouta-t-il, en s’agenouillant auprès de son fils et en le serrant fort dans ses bras.

Je ne savais pas quoi dire. Quelle histoire pouvais-je inventer ? Cependant, mentir à Kirlens aussi effrontément… Je ne m’en sentais pas capable. Un éclat de triomphe brilla dans les yeux de Taroshi et, à cet instant, j’éprouvai une réelle rancœur contre cet enfant.

— Tu es un… —Ne trouvant pas le mot approprié, je laissai échapper un feulement nerveux et je fis demi-tour pour retourner dans ma chambre, le sang bouillant dans mes veines.

— Demain, nous parlerons de tout ça plus tranquillement —dit Kirlens, dans mon dos—. Maintenant, je ne veux plus d’histoires sous mon toit. Nous finirons par réveiller Wiguy. Bonne nuit, Shaedra.

Je soupirai, fatiguée et j’acquiesçai.

— Bonne nuit.

Lorsque je rentrai dans ma chambre, je serrai les deux poings si forts que je me fis mal et je frappai de mon poing la paume de ma main, en prononçant des malédictions et des injures terribles. Après mon explosion de rage, mes yeux se remplirent de larmes et je restai muette, en pensant combien je détestais Taroshi ; ce dernier avait poussé Kirlens à se méfier de moi. Car, finalement, c’était ça le plus terrible : Kirlens doutait que Taroshi ait menti ou non. Et ce doute mettait en évidence qu’il ne me faisait pas confiance.

Syu avait contemplé mon attaque de rage, patiemment.

“Tu oublies le plus fondamental”, dit-il, lorsque je me fus calmée. “Un gawalt montre sa rage au moment opportun, devant ses rivaux, pas quand ça ne sert à rien.”

“Mais je ne suis pas un gawalt”, répliquai-je, très triste.

Syu, loin de s’offenser devant ma déclaration, s’approcha de moi et me dit avec douceur :

“Alors, moi non plus, je ne le suis pas.”

Je le regardai, étonnée, mais je n’essayai pas de comprendre ses paroles et je poussai un long soupir. Une pensée, cependant, vint écarter tout sentiment d’apitoiement.

Je me levai d’un bond.

— Lénissu ! —murmurai-je, et je me tournai vers la fenêtre.

D’un geste rapide, je passai ma cape, je pris Frundis et j’ouvris la fenêtre. Dehors il faisait froid, mais la lumière de la tour de vigie continuait de briller, immuable.

“Prêt ?”, demandai-je au singe, en rabattant ma capuche.

“D’un coup, j’ai l’impression que ce n’est pas une bonne idée”, murmura Syu.

“C’est la parole du devin ?”, répliquai-je, avec un demi-sourire.

“Non, c’est la parole d’un gawalt”, grogna-t-il, avec fierté.