Page du projet. Manuels du monde de Haréka.

20 Religions

Comme il est naturel, beaucoup de peuples d’Haréka ont des religions. La plupart sont polithéistes, quoiqu’il existe des groupes monothéistes et d’autres dont les dieux se matérialisent en chefs ou autre personne importante de la société.

Il existe quatre religions très étendues dans la Terre Baie : les religions érionique, cébaril, sharbi et huwala.

20.1 Religion érionique

20.1.1 Origines

Voici l’extrait d’un livre sur l’Histoire des Religions :

« L’érionisme naquit pendant le quatrième millénaire, durant le long Cycle Paresseux du troisième siècle. Le mot “érionisme” vient d’Érionis, qui signifie “l’illuminé” (dans ce cas “l’illuminée”) en caeldrique.

D’après sa théologie, en 4221, pendant le Cycle du Bruit, est née, à Neiram, une elfe noire avec un jaïpu très développé, si bien qu’elle assurait tout le monde qu’elle était capable d’entendre des voix. Lorsque ses parents l’envoyèrent à la Pagode, elle sut que ces voix étaient celles des dieux et elle répéta ainsi à ses connaissances les mots qu’elle entendait, prédisant qu’un grand mal s’abattrait sur la Terre Baie si on ne l’écoutait pas et tous, ses amis et parents inclus, crurent qu’elle avait perdu la raison et elle fut conséquemment nommée Érionis, “l’Illuminée”.

À cette époque, Neiram vivait sans cesse en danger face aux attaques des pirates Rasahi-kar et, un jour, Érionis, entourée de ses deux seules fidèles, Sairakos et Laya, entendit la voix des dieux qui lui dirent que les Rasahi-kar attaqueraient le jour suivant avec une énorme flotte.

Érionis agit vite, avertissant tout le monde et, pour une fois, on suivit son conseil et, lorsque les pirates arrivèrent, tous furent prêts pour repousser par surprise leurs bateaux. Érionis avait pour la première fois sauvé son peuple et elle commença à gagner de l’influence.

Le Cycle de Glace arriva et des années d’un froid intense s’écoulèrent. Les champs et les eaux des puits gelaient et les gens perdaient espoir. Érionis se promenait à Neiram avec un jaïpu infatigable et même les orilhs la contemplaient, stupéfaits, lorsqu’elle empêchait le gel de s’infiltrer dans un champ entier.

Alors, l’envie assaillit les cœurs des voisins, qui mouraient de faim alors que les habitants de Neiram survivaient. C’est ainsi que commença la Guerre de la Faim (4253-59), donnant lieu à de terribles confrontations entre les elfes noirs. Et, pendant ce temps, les autres races —notamment les caïtes, les humains, les faïngals et les hobbits— commencèrent leurs attaques et leurs pillages sanguinaires. Les humains et les caïtes se consacrèrent au banditisme. Les faïngals et les hobbits au vol et aux escroqueries. Et les elfes noirs s’entretuaient encore.

Érionis, alors, sut, par les dieux, ce qu’elle devait faire. Sur le champ de bataille de la Coline de la Paix, elle avança entre les deux camps et l’on dit qu’elle reçut des flèches des deux côtés, mais qu’aucune ne la blessa. Elle leva les mains vers le ciel, demanda la paix et parla longuement, d’une voix retentissante qui n’était pas la sienne, mais celle de tous les dieux, et chaque soldat, chaque cékal, put entendre clairement ces paroles. Érionis les convainquit de l’erreur qu’ils commettaient en s’entretuant. Elle dit que les dieux lui avaient assigné une mission qui consistait à en finir avec la misère et le désordre des elfes noirs : “Nous sommes un peuple unique qui doit s’unir pour être grand et fort, pour combattre les ennemis de toujours”.

À partir de là, tous les elfes noirs l’adorèrent et les hostilités prirent fin. Les ennemis furent repoussés jusqu’aux frontières ou furent réduits en l’esclavage et commença enfin le Cycle Paresseux qui durerait dix-neuf ans, suivi d’un Cycle de Bonté de trois ans. Lorsqu’Érionis mourut, on la fit porter chez le forgeron très célèbre nommé Jariyas, qui la couvrit de fer blanc pour l’immortaliser. On plaça sa statue à l’entrée de la Pagode Reine, à Neiram.

Les années suivantes, les apprentis d’Érionis écrivirent ce qu’ils avaient appris d’elle et de la parole des dieux, dont elle avait été la messagère. Et ainsi, des années plus tard, ces écrits furent rassemblés et donnèrent naissance au Livre Érionique. »

20.1.2 Zones de culte

L’érionisme naquit à Ajensoldra, mais il a été propagé dans toute la Terre Baie. Au début, seuls les elfes noirs le pratiquaient, mais, plus tard, beaucoup de caïtes, d’humains et d’autres races se convertirent.

20.1.3 Dieux érioniques

Dans la religion érionique, il existe neuf dieux :

Éladar

Dieux du Songe et de la Pensée

Etska

Déesse du Châtiment, de la Vengeance et de la Rancœur

Horojis

Dieu du Chaos et du Temps

Irhamalgasi

Déesse du Pouvoir et de l’Accouplement

Karihésat

Dieu de la Croissance et de la Vie

Nagray

Dieu de l’Ordre et de l’Équilibre

Ruyalé

Dieu de la Beauté et de la Joie

Vaersin

Dieu de la Douleur et de l’Épreuve

Zémaï

Déesse de l’Obscurité et de la Protection

20.2 Religion cébaril

La religion cébaril est pratiquée à Iskamangra et dans les Hautes-Terres. Ses croyants sont appelés les cébarites.

20.2.1 Dieux cébarils

Fatrapis

Dieu du Temps, de la Création et de la Destruction

Latasia

Dieu de l’Esprit, des Sentiments et de la Compréhension

Jédez

Dieu de l’Espace, des Sens et de l’Objet

20.3 Religion sharbi

La religion sharbi possède des fidèles à Acaraus et dans les Communautés d’Éshingra. Ses croyants sont nommés les sharbis.

Ses lieux sacrés sont appelés les moïjacs. La religion compte cinq dieux.

20.3.1 Dieux sharbis

Numren

Dieu du Mal et du Chaos

Leyderag

Dieu du Bien et de l’Honneur

Sué

Déesse des Sentiments

Gayguel

Déesse de la Nature

Ripel

Dieu de la Mort

20.4 Religion huwala

Les huwalas sont une communauté religieuse étendue dans la partie ouest de la Terre Baie, principalement dans les Républiques du Feu.

Chawlsi

Déesse Mère

Minfas

Dieu du Tout

Délef

Dieu de la Lumière

Kersh

Dieu de la Vie

Maonkir

Dieu de la Justice et de l’Amour

Jaldar

Dieu des Ombres

20.5 Religion étisée

La religion étisée est surtout pratiquée dans les Souterrains. Les étisses sont majoritaires dans des villes comme Dumblor, Kurbonth ou Asdrumgar. Seize sont les dieux de cette religion  :

Goyfras

Dieu de la Force et de l’Honneur

Amzis

Dieu du Songe, du Passé et de l’Avenir

Cosran

Dieu du Péché et de la Santé

Kalunzas

Déesse de la Mémoire et de la Connaissance

Vedecasia

Déesse de la Souffrance et de l’Amour

Nisletba

Déesse de la Guerre et de la Dignité

Wabalom

Dieu de la Terreur, de la Destruction et du Mal

Islimya

Déesse de la Mort et des Esprits

Minsawda

Déesse du Voyageur et du Commerce

Covergalka

Dieu de l’Éducation et du Châtiment

Temenessa

Déesse de la Pureté et de la Bonté

Orben

Dieu de la Joie et de la fête

Úrelban

Dieu de la Roche et de la Terre

Pel

Dieu de l’Eau et de la Lumière

Amtawa

Déesse de la Musique et des Arts

Ahobí

Déesse du Feu, de la Pauvreté et de l’Espoir

20.6 Religion kawbara

La religion kawbara est surtout pratiquée dans les Souterrains. Les kawbares sont majoritaires dans des villes comme Jurvoth ou Ars-nentar.

20.7 Religion jardique

La religion jardique est surtout pratiquée dans les Cités de Lorri-man, même si la religion érionique y est également très importante. C’est une religion sans dieux spécifiques, qui voue le culte à l’Essence des Choses.

Quelques expressions des jardiques son « Que l’Essence te protège », « Essences sacrées ! », « Nature sacrée ! ».

20.8 Religion wari

La religion wari est surtout étendue dans les Peuples de l’Eau. Elle a de nombreuses divinités et entités et d’importantes communautés adeptes d’un dieu spécifique. Quelquefois, plusieurs dieux de la même chose s’affrontent entre eux.

Voici les seize divinités les plus connues et vénérées :

Mahura

Déesse/Régisseuse de l’Air, elle respire et crée les univers. Déesse Majeure. Les Mahurs sont ceux qui la révèrent. Elle est représentée par trois lignes horizontales barrées d’une quatrième en diagonal.

Kofayura

Déesse du Vent, des courants et des directions. Guide spirituel de Mahura. Représentée par la tête d’un chat.

Ilinabak

Dieu qui protège les voyages et les villes rurales. Représenté par un carré.

Dogoyaba

Dieu de l’eau, de la Chance, de la Fortune et l’Abondance. C’est un dieu majeur. Dieu vénéré par les pêcheurs, les cueilleurs, les voyageurs, etc. Représenté par trois vagues et un triangle à l’envers.

Tatako

Dieu de l’Écriture, de la Sagesse et de la Protection. De nombreuses cantates et chansons sont écrites en son honneur. Vénéré par les scribes, les secrétaires, les étudiants, les médecins, etc. Représenté par un carré aux bords cassés et une étoile au centre.

Dézéseth

Dieu des Couples et de la Contradiction, ombres/lumières, mort/vie, silence/bruit, amour/haine. Dieu majeur, très vénéré, au début c’était le Dieu de l’Amour, jusqu’au jour où il tomba amoureux d’Ohawura. C’est le père de Tokura, Nééka et Mosoldabir. Représenté par une ligne verticale et trois inclinées de chaque côté, comme une feuille.

Sheyra

Déesse de l’Esprit, de l’Équilibre et la Modération. Vénérée par le clan Arunaeh, par exemple. Représentée par trois cercles assemblés.

Tokura

Déesse de la Destruction, déesse majeur (implique parfois reconstruction, continuité et bonheur). Vénérée par les Moines du Vent. Elle est représentée par une croix.

Antaka

Dieu du Temps, des Cycles et de la Roche. Vénéré par les miniers, les constructeurs, les voyageurs. Représentée par trois cercles unis par une ligne.

Ohawura

Déesse du Sang, elle accepte des sacrifices de sang, des guerres, etc. Elle est ainsi vénérée par les guerriers. Représentée par une flèche vers le haut.

Nétel

Dieu du Feu (bleu inclus), des sacrifices, de la force et de la nourriture. Représenté par un triangle.

Sayiro

Dieu de la Nature, des Plantes de la fusion de l’esprit saïjit avec celle-ci. Représenté par un arbre tawman.

Norobi

Déesse de la Justice. Elle fut empoisonnée par Tatako et devint en plus une divinité de la vengeance et du courroux. Représentée avec une ellipse en forme d’œil.

Latarag

Le Dieu Blanc, dieu de la lumière, de la volonté et de l’action. Il est représenté par un disque blanc.

Mosoldabir (ou la Vieille Dame)

Déesse de l’Éternité et du Vide (sœur de Tokura). Représentée par deux demi-cercles placés en décalé.

Nééka (ou la Jouvencelle)

Déesse de la Beauté (sœur de Tokura et de Mosoldabir). Représentée par une spirale.