Page du projet. Manuels du monde de Haréka.

8 Celmiste

Comme nous avons vu dans la section des énergies, un celmiste module son jaïpu, son énergie vitale, pour construire un sortilège selon un tracé spécifique.

La manière de construire ce tracé va déterminer sa nature asdronique et la spécialisation du celmiste.

Note : Le mot « celmiste » est réservé à ceux qui pratiquent les forces asdroniques, laissant à part les jaïpuistes, considérés comme des guerriers. On n’inclut pas non plus les êtres qui les pratiquent instinctivement, comme les démons, ou les utilisateurs de kershi.

Un art celmiste est un ensemble de connaissances et de moyens qui utilise du jaïpu modulé en une ou plusieurs énergies asdroniques pour arriver à un certain résultat. Leurs dénominations sont : endarsie, nécromancie, transmutation, désintégration, perception, bréjique, orique… Il est rare qu’un celmiste arrive à contrôler plus d’un ou deux arts.

Voici une présentation des diverses spécialités.

8.1 Endarsie

L’endarsie est l’art qui se consacre aux corps des êtres vivants et des matériaux. Les endarsiques utilisent l’énergie essenciatique. Les spécialistes en endarsie sont :

8.2 Nécromancie

La nécromancie est un dérivé de l’endarsie. Elle utilise du morjas et le transforme en une espèce de jaïpu artificiel, l’énergie mortique, grâce à l’énergie essenciatique.

Les nécromanciens sont souvent des saïjits bien vivants, mais ils peuvent être devenus aussi des nakrus, des liches, des squelettes aveugles. Peu de nécromanciens ne sont pas saïjits.

Bien des fois, les résultats de la nécromancie sont plutôt décevants et les squelettes retrouvent leur immobilité en quelques jours, mais si les nécromanciens s’occupent d’eux, ils peuvent se mouvoir pendant des années.

8.3 Transmutation

Aussi appelé invocation dans certains cas, cet art est l’un des plus difficiles et est fondamentalement composé de deux branches : l’invocation uniquement faite d’énergie et l’invocation par alchimie et transformation, qui requiert des matériaux concrets selon l’objectif ainsi qu’un temps et une énergie (modulée en brulique et arikbète) considérables.

Alors que la première a une durée très courte, la deuxième peut arriver à durer des heures entières.

Dans cette catégorie, on peut mentionner :

8.4 Désintégration

Le principe de la désintégration est de désagréger les énergies. On peut désagréger des sortilèges, des matériaux, des énergies, etc.

Les stabilisateurs ont pour mission de rétablir l’équilibre dans des lieux de déséquilibre énergétique.

8.5 Perception

Les perceptistes sont capables, via des sortilèges, de percevoir les matériaux et les énergies à leur alentour et de les distinguer. Ils apprennent une bréjique très basique de perception, pour la combiner ensuite à l’orique.

En fonction de son talent pour la bréjique, un perceptiste est capable non seulement de percevoir un lien bréjique entre deux bréjistes mais aussi de comprendre la conversation par voie mentale.

8.6 Art bréjique

Les arts bréjiques sont ceux de l’esprit. La bréjique permet en particulier de :

La confrérie des Mentistes est connue dans la Terre Baie pour ses puissants bréjistes.

8.7 Art orique

Les celmistes oriques sont tous ceux qui utilisent majoritairement l’énergie orique de force et déplacement pour leurs sortilèges. Il existe de nombreuses sous-spécialités :

8.7.1 Déserrance

La déserrance est l’art orique du transfert d’énergies par télétransportation. C’est un art extrêmement difficile. Quelques déserrants sont :

8.8 Magie noire

Ce qui, dans la Terre Baie, s’appelle « magie noire » est une combinaison de transmutation, de nécromancie et de bréjique qui consiste en l’union d’un esprit ou d’une partie de cet esprit à un corps étranger. Celui-ci peut être une magara ou relique, un être vivant tel qu’un spectre ou de l’énergie en brut.