Page du projet. Cycle de Dashvara, Tome 1: Le Prince du Sable.

3 La Main Blanche

Lorsqu’il se réveilla le lendemain matin, allongé près de la carriole des vivres, Dashvara vit une chemise noire soigneusement pliée à côté de lui. C’était celle que Zaadma lui avait apportée la veille. Avec un soupir, il ôta sa chemise blanche déchirée et enfila l’autre. Elle n’était pas neuve, mais elle paraissait propre et elle était en bien meilleur état. Il y avait aussi un foulard noir traditionnel shalussi et, après une hésitation, il le noua autour de sa tête. Quand ils poursuivirent leur marche, il perçut un petit sourire complice de Zaadma. Dashvara l’aurait enfermée dans la carriole des prisonnières s’il avait pu.

Dès qu’ils entrèrent sur les territoires shalussis, les guerriers se dispersèrent en groupes. Lifdor, le chef le plus important des Shalussis, partit vers son village, escorté de ses guerriers et de ses chevaux volés ; Dashvara le regarda s’éloigner, le cœur froid, et il suivit la carriole des prisonnières guidée par Nanda de Shalussi. D’après ce qu’il avait entendu dire à un guerrier, Nanda ne voulait pas faire marcher les Xalyas. Vu la cupidité et l’ambition de ces gens, il se pouvait que le chef shalussi ne veuille tout simplement pas que sa marchandise perde de la valeur en tombant malade ou en brûlant sous le soleil.

Dashvara n’eut pas de mal à identifier le maudit bâtard. Non pas par sa tenue, car celle-ci était très semblable à celle de tous ses hommes : Nanda portait une tunique sombre, des bottes noires et des chausses amples, une ceinture et un sabre… Mais la ceinture était ornée d’argent, le pommeau du sabre avait des pierres précieuses et, autour de son cou épais de Shalussi, pendaient deux énormes colliers d’or pur.

Jamais un Xalya n’aurait pu avoir aussi mauvais goût, pensa Dashvara.

Lorsqu’ils traversèrent une large rivière de peu de profondeur, il comprit qu’ils n’étaient plus très loin du village de Nanda. Ils commencèrent à apercevoir des granges et le paysage changea brusquement. Ce n’étaient plus des plaines d’herbe sèche et de terre sableuse parsemée de plantes rachitiques. À présent, on voyait de temps à autre des chênes verts, des caroubiers et des buissons ainsi que de grands arbustes aux baies bleues et aux feuilles odorantes. Les terres shalussis étaient riches. C’est pour cela que les Xalyas avaient toujours cru que leurs propres terres ne seraient jamais convoitées par les Shalussis ou les Essiméens. Bien sûr, durant des décennies, ils avaient dû affronter les sauvages, les bandits et les créatures de la steppe ; durant des siècles, ils avaient lutté contre les calamités naturelles, les sécheresses en été et le froid sec en hiver. Le peuple xalya avait survécu à tout, excepté à la cupidité des clans voisins.

Tandis qu’ils avançaient, des fermiers s’approchèrent de la caravane et reçurent l’argent du pillage du Donjon de Xalya ; Dashvara observa avec étonnement la soudaine générosité des guerriers. Les éleveurs de troupeaux et les paysans s’en allaient avec de l’argent, des bijoux et autres objets volés sans rien donner en échange. Et la satisfaction se peignait sur le visage des guerriers.

— Tu as l’air surpris.

Dashvara tressaillit et, se retournant, il rencontra deux grands yeux noirs. Il poussa un grognement, mais il ne répondit pas.

— Dans ton village, ne donnaient-ils pas d’offrandes aux créateurs de nourriture en échange de leur travail ? —demanda Zaadma.

— Les créateurs de nourriture ? —répéta Dashvara, un sourcil arqué—. Tu veux parler de ceux qui travaillent la terre ?

Zaadma plissa les yeux.

— Oui… c’est bien d’eux dont je parle. —Elle lui adressa un léger sourire et, sans en dire davantage, elle s’éloigna, une étrange expression sur le visage.

Dashvara se sentit troublé.

J’ai posé une question qui l’a surprise, devina-t-il. Une question qui lui avait fait penser qu’Odek de Shalussi ignorait des coutumes qu’il n’aurait pas dû ignorer. Intérieurement, une petite voix stupide lui recommanda de tuer Zaadma, mais il ne l’écouta pas.

Je ne suis pas un sauvage. Si je dois tuer, ce sera pour survivre et non à cause de vagues soupçons, décida-t-il.

Avant que la nuit tombe, ils arrivèrent au village. C’était une petite bourgade sur une colline, avec des maisons blanches et des terrasses comme celles qu’il y avait en Xalya. Elles étaient dispersées, entourées d’herbe, de terre et de troupeaux de moutons. Au pied de la colline, la même rivière qu’ils avaient traversée plus tôt s’écoulait vers le sud-ouest, glissant sur les galets et reflétant les derniers rayons de soleil de l’après-midi.

Une bande de gamins sortit en courant du village pour saluer les guerriers, et ceux-ci embrassèrent leurs enfants en riant et en chantant un air de victoire. Trois enfants, cependant, se maintinrent à distance, cherchant en vain leurs parents, le regard grave. Avec une certaine surprise, Dashvara vit Nanda s’avancer vers eux et poser sur leurs têtes une main paternelle. C’était comme si… comme si les Shalussis de ce village formaient une famille unie, à la manière des Xalyas.

Le chef shalussi ne prononça pas un seul mot, mais à cet instant Dashvara sentit une lueur de compassion pour ces enfants. Après tout, c’étaient des humains, même si c’étaient des sauvages.

Toute la file s’éparpilla et les hommes shalussis s’en furent chez eux. La carriole des prisonnières xalyas fut conduite jusqu’en haut de la colline, escortée par Nanda et cinq autres guerriers qui devaient être ses hommes les plus fidèles.

Ceux-là aussi, je devrai probablement les tuer, pensa Dashvara, en les suivant sans presque un regard autour de lui.

La carriole s’arrêta devant une maison à un étage. Dashvara vit les captives pénétrer à l’intérieur sans opposer aucune résistance. Avaient-elles déjà renoncé si tôt à la liberté ?, se demanda-t-il avec tristesse. Inconsciemment, il avança d’un autre pas et un des gardes se tourna vers lui, s’interposant sur son chemin. C’était le même qui lui avait parlé devant la tente, l’autre nuit.

— Où crois-tu aller ? —le rabroua-t-il—. Tu penses peut-être que Nanda va t’adopter chez lui simplement parce que les Xalyas t’ont capturé ? Allez, l’ami, fiche le camp. Rentre chez toi, où que ce soit. Tu as sûrement une famille qui s’inquiète de toi. Fiche le camp —insista-t-il.

Dashvara regarda la ceinture de l’homme. Il portait un sabre et une dague.

Je pourrais te voler tes armes et te faire taire, rat sauvage, grogna-t-il intérieurement.

Peut-être n’en savait-il pas autant sur la guerre que Zorvun, le maître d’armes et capitaine xalya, mais avec un sabre il aurait pu faire de vrais ravages. Cependant, agir précipitamment n’apportait généralement rien de bon.

— Tu as l’air plus abruti qu’une brebis dans un désert —se moqua le Shalussi—. Eh, Walek ! Tu ne penses quand même pas déjà rentrer chez toi ? Reviens, on va essayer d’aider ce pauvre gars. Voyons voir s’il se dégourdit un peu. Allez, mon garçon, accompagne-nous.

Il s’était approché pour le saisir par l’épaule et Dashvara se raidit, mais il n’arrivait pas à prendre une décision. Il ne pouvait pas commettre une erreur maintenant. Il se rappela que son père lui avait dit d’agir comme les Shalussis pour ne pas éveiller de soupçons.

Un conseil magnifique, père, mais je me demande si, toi-même, tu serais capable d’agir comme l’un de ces sauvages.

Quand l’autre Shalussi, Walek, le prit par l’autre épaule avec une expression amicale, il se laissa entraîner vers un bâtiment différent des autres, portant le dessin d’une main blanche sur la porte. À peine eut-il franchi le seuil, il regretta de ne pas avoir refusé. Il fut aussitôt submergé par des odeurs d’herbes étranges qui au lieu de « le dégourdir » l’étourdirent. Une musique lente de guitare dansait paresseusement dans la fumée suffocante qui occultait tout. Dès qu’ils entrèrent, la musique s’interrompit.

— Diables, c’est quoi cette fumée ? —fit Dashvara en toussant. Il cligna des paupières. Il lui semblait que l’intérieur de l’établissement dansait devant ses yeux.

— Mais il parle ! —se moqua Walek.

— Inspire profondément, l’ami —lança l’autre, en suivant son propre conseil—. Ce sont des herbes directement importées de Diumcili. C’est ça, l’odeur de la gloire et de l’or après une bataille.

Et puis quoi encore… Cet endroit est un maudit puits de vipères, pensa Dashvara. Il en eut la confirmation quand il vit apparaître devant lui un visage souriant et rosi au milieu d’une volute de fumée verte.

— Silkia, Fima ! —appela la femme d’une voix puissante—. Ils sont de retour !

Dashvara s’arrêta net et se débattit entre les bras des deux guerriers. Jamais de la vie il n’aurait imaginé que les Shalussis aient assez de « raffinement » pour apprécier un air vicié par les drogues. D’après ce qu’il savait, c’était une distraction pour les habitants du sud.

— Bon ! Tu commences déjà à te dégourdir un peu, mais arrête de t’agiter comme ça ! —protesta Walek, sans le lâcher—. Allez, je t’offre un verre. Ta tête d’enterrement va sûrement se dérider quand tu auras respiré cet air quelques minutes de plus.

Dashvara ne pensait pas rester là une seconde de plus. Il perçut un bruit de pas dans les escaliers et deux voix de femme. Il tira et se libéra enfin des deux guerriers.

— Allez aux enfers ! —feula-t-il.

Il recula jusqu’à la porte et Walek et son compagnon haussèrent les épaules. Le second répliqua :

— Vas-y, toi, aux enfers, mon garçon. Tant pis pour toi.

— Il a tout l’air d’être aussi assommant que Zéfrek —souffla Walek, amusé.

— Waleeek ! —s’écria, enthousiaste, l’une des trois femmes—. Tu ne sais pas combien tu m’as manqué !

— Ma chère Silkia ! —s’égaya le guerrier, enjoué—. Toi aussi, tu m’as manqué.

Dashvara était en train de sortir de l’établissement à reculons lorsqu’il heurta quelque chose de dur comme une pierre. Il se retourna et demeura paralysé. Devant lui, se tenait un mur de chair. Un être humain de plus de sept pieds de haut, aux muscles de fer et à la mâchoire d’acier, le regardait de ses petits yeux plissés. Non, attends une minute, c’est vraiment un être humain ça ? Il était encore plus gigantesque qu’Arvara, un de ses compagnons de patrouille.

Bouche bée, Dashvara lui rendit son regard et aspira une autre bouffée de cette horrible substance qui flottait dans l’air de tout l’établissement. Il toussa et tenta de contourner la bête massive, mais celle-ci l’en empêcha.

— D’ici, personne ne sort sans payer.

Dashvara eut l’impression que sa voix faisait trembler la terre. Il cligna des yeux, pris de vertige, puis les baissa et vit une énorme poigne tendue vers lui.

— Payer ? —répéta-t-il.

— Laisse-le, Shamvirz ! —lança une voix féminine—. Il n’a même pas bu.

Le dénommé Shamvirz fronça les sourcils puis, sans écarter sa main, il prit soudain Dashvara par le col de la chemise et le rapprocha de son visage. Le Xalya déglutit.

Par l’Oiseau Éternel, cette bête pourrait m’écraser d’une seule main, comprit-il.

— Et pourquoi tu n’as rien bu ? —demanda Shamvirz.

Dans un coin de sa tête, Dashvara pensa que le cerveau de ce colosse était en toute probabilité d’une taille proportionnellement inverse à sa masse. Avec un sourire contracté sur le visage, il tenta de répondre de la manière la plus concise possible pour ne pas respirer plus que nécessaire :

— Je n’en ai pas envie. Je veux seulement sortir.

Shamvirz le secoua, plissant encore ses yeux.

— Je ne t’entends pas, parle plus fort !

Dashvara grimaça et essaya d’échapper à sa prise sans y parvenir : la poigne de Shamvirz était aussi inflexible qu’un crochet de fer. Il le foudroya du regard. Il commençait à se sentir réellement furieux.

Ne t’énerve pas, se somma-t-il, en serrant les dents. Contente-toi de ne pas respirer.

— Allez, mets-le dehors, Shamvirz ! —dit l’une.

— Ah non, attends ! —intervint une autre—. Amène-le-moi ici, Sham.

— Quoi… ? Silkia ! —s’indigna Walek—. Fiche-le dehors, Shamvirz. Il voulait s’en aller, de toute façon.

Silkia fit un commentaire à propos de la stupidité des hommes jaloux, tandis que Shamvirz reposait correctement Dashvara sur le sol, une expression indécise sur le visage. Continue à hésiter, grand gaillard… Le Xalya profita de l’occasion : dans un subit élan désespéré, il passa près du colosse… et franchit le seuil. Il remplit ses poumons d’air pur et, chancelant, il se mit à dévaler la pente par le chemin, suivi par les regards surpris d’un groupe d’enfants. Quand il arriva à la rivière, il se laissa tomber à genoux et cracha :

— Shalussis. —Il se lava le visage, tentant de faire partir cette odeur infecte qui engourdissait ses sens.

Walek était un assassin. Comme tous ses compagnons qui étaient revenus. Il avait tué des Xalyas. Comme tous. Et il n’avait même pas l’air de le regretter un peu. Bien sûr, comment va-t-il le regretter ? C’est un sauvage.

Comme le ciel s’assombrissait, Dashvara leva les yeux vers la cime des arbres et leurs branches sinueuses. Dans le silence du crépuscule, il prononça :

— Lifdor et Nanda. Shiltapi. Todakwa. —Sa mâchoire se crispa quand il ajouta— : Et Walek. Et tous les autres guerriers.

Et tous les assassins de tout Haréka, tant qu’on y est… Le dernier sur la liste, ce sera toi.

À l’évidence, ce n’était pas raisonnable. Mais, d’une certaine façon, c’était plus impartial que la vengeance de son père. Les chefs de clan avaient organisé l’attaque concertée, bien sûr. Mais chacun des guerriers qui avaient pris part à l’assaut du donjon avait participé au massacre. Tous étaient coupables. Tous avaient profité du butin.

Oui, mais, dans une bataille contre les sauvages, on tue et on pille, qu’est-ce que tu croyais ? C’est la règle principale, après tout. Tuer, vivre et vaincre. Ou tuer, mourir et succomber. L’unique consolation, c’est qu’au bout du compte, tous finissent par mourir.

La pensée était peu encourageante et n’aida pas davantage à apaiser la rage qui consumait Dashvara au-dedans. Il savait que la colère non maîtrisée n’arrangeait rien, bien au contraire, mais il ne pouvait se contrôler : après avoir passé plusieurs jours le cœur froid comme la mort, il sentait ressusciter en lui la flamme de la vie, mais, à présent, la flamme criait seulement vengeance. Ses poings se fermèrent sur des sabres invisibles.

Il vaudra mieux que j’essaie de me calmer un peu, pensa-t-il, la respiration précipitée. Le serpent rouge ne s’exalte pas de cette façon et il attaque quand on s’y attend le moins. Il avait toujours été un homme mesuré, peu patient mais également peu enclin à agir sottement. Il devait surmonter tout ce qui était arrivé et redevenir le Dashvara d’autrefois. On ne luttait pas bien avec les idées confuses.

La nuit tomba, fraîche sous les rafales de vent. Dashvara s’éloigna de la rivière et retourna devant la maison de Nanda. Il se demanda dans quelle pièce ils gardaient les prisonnières. Il brûlait de revoir Fayrah et ses sourires timides et drôles. Il la connaissait bien. Ils avaient à peine deux ans de différence et tous deux avaient joué ensemble étant petits, avec leur frère Showag. Ils avaient partagé des secrets et des histoires, découvert les galeries cachées du donjon et assisté aux longues leçons de Maloven. Puis, lorsqu’il avait atteint ses quatorze hivers, son seigneur père l’avait fait patrouilleur. À partir de là, Dashvara avait passé plus de temps dans la steppe et dans les granges voisines qu’au donjon. Bien vite, il s’était rendu compte que leur enfance à tous deux était restée en arrière. Fayrah était devenue une belle jeune fille timide et peut-être même plus naïve que lorsqu’elle avait huit ans. Dashvara, lui, avait connu un Voleur de la Steppe, il avait fouetté des bandits, lutté contre les monstres et décapité un criminel devant les yeux implacables du seigneur Vifkan.

Tous deux avaient suivi des chemins très différents.

J’ai besoin de quelqu’un à qui parler, se dit-il soudain. J’ai besoin de cesser de penser et de me souvenir…

Il désirait entrer dans la demeure de Nanda et parler à Fayrah. Lui dire que tout allait s’arranger, qu’elle n’était pas seule et que, quoi qu’il arrive, il prendrait soin d’elle. Cependant, quelque chose l’empêchait ne serait-ce que de tenter de lui parler. Ce n’était pas la crainte d’être découvert. En réalité, il avait peur que le désir de la protéger ne détruise complètement la rage qui vibrait en lui. Il devait contrôler cette rage et l’aviver pour continuer à avancer. Il avait besoin d’elle pour que sa main ne tremble pas le moment venu.

Il s’éloigna de la maison de Nanda comme une ombre et redescendit furtivement la colline. Il évita un veilleur et, s’apercevant soudain qu’il était épuisé, il finit par s’asseoir contre l’écorce d’un arbre et s’endormit.