Page du projet. Cycle de Dashvara, Tome 1: Le Prince du Sable.

1 Un chevalier du Dahars

— Je vais mouriiiiir… !

Le cri, fort et désespéré, jaillit du tumulte de la bataille, s’éleva jusqu’au sommet du donjon et arracha une grimace crispée au jeune Dashvara, appuyé contre les créneaux.

C’est un chaos, pensa-t-il.

Un chaos comme il n’en avait jamais vu. Ce n’était pas la première fois que le Donjon de Xalya était assiégé par les Shalussis. Ce n’était pas non plus la première fois que les Essiméens l’attaquaient. Ni que les Sauvages d’Akinoa le faisaient roussir. Mais, pour autant qu’il sache, jamais il n’était arrivé que les Shalussis, les Essiméens et les Akinoas attaquent ensemble. C’était quelque chose d’impensable. Mais, visiblement, les chefs des tribus avaient été capables de penser l’impensable.

Qui aurait imaginé que ces sauvages s’entendraient pour nous détruire ? Par l’Oiseau Éternel ! Leur sang à tous est déjà bien trop entaché de déshonneur pour que cela me surprenne. Pourtant, quel intérêt ont-ils à attaquer des terres aussi peu convoitables que les nôtres ? Ils les pilleront, ils emporteront tout ce qui a de la valeur et ils ne laisseront derrière eux qu’un cimetière.

Dashvara foudroya du regard les lointaines catapultes et les colonnes de fumée, il contempla la désolation qu’avaient laissée sur leur passage plus de mille hommes enragés et une grimace de dégoût se dessina sur son visage déjà contracté par la tension.

Que faire ou ne pas faire dans une bataille perdue ?, pensa-t-il, en se lissant la barbe.

Peut-être tiendraient-ils encore deux jours de plus. Peut-être quelques heures. Tout dépendait de la motivation des Xalyas.

La motivation, se dit-il alors avec un sourire torve. Quelle motivation peut-on espérer, encerclés comme nous le sommes par ces monstres ? Nous sommes déjà des hommes morts. Maloven avait raison. Nous aurions au moins dû mettre les enfants et les femmes en sécurité. Les Xalyas en ont assez. Assez de lutter, assez de tuer. Assez de mourir.

Mais, ils avaient beau en avoir assez, ils n’allaient pas se rendre. Pas face à des sauvages sans pitié. Cela aurait été comme se rendre face à une armée d’écailles-néfandes.

Nous mourrons le sabre au poing.

Les soldats xalyas étaient connus dans toute la steppe pour leur courage et leur habileté avec les sabres. Ces deux dernières décennies, tous les hommes xalyas du donjon avaient bénéficié d’un entraînement intensif… et un bon nombre avait également pu profiter de pratiques sur le terrain à maintes reprises. Mais, même ainsi, deux cents hommes affamés ne pouvaient pas lutter contre mille.

On entendit un hurlement de douleur, le hurlement de mort déchirant d’un archer qui tomba par-dessus la muraille en criant de toute la force de ses poumons. Dashvara frissonna. Se rappelant le cri désespéré et prémonitoire de celui qui avait annoncé sa propre mort, il joignit les deux mains sur le créneau avec une amère certitude.

Tu ne seras pas le seul à mourir, mon frère. Il se tourna vers les portes, qui supportaient miraculeusement l’assaut. Beaucoup d’autres mourront. Nous mourrons tous. N’oubliez pas, sauvages fous, que les soldats xalyas ne se rendent pas.

Dashvara savait que, dès que les portes tomberaient, sa propre mort serait scellée. On ne laissait pas la vie sauve au fils aîné du seigneur du Donjon. Peut-être épargneraient-ils ses deux sœurs si le seigneur Vifkan lui-même ne se chargeait pas de les tuer pour qu’ils n’en fassent pas des esclaves, mais aucun chef sauvage ne laissait vivre un mâle de la famille ennemie. L’avant-dernier seigneur de la steppe avait pu le vérifier, vingt ans plus tôt. Et le dernier seigneur de la steppe n’allait pas tarder à le vérifier lui aussi.

Père, si tu m’avais au moins laissé guider ces hommes, j’aurais pu mourir auprès de mes compagnons avec dignité.

Il roula les yeux face à sa propre pensée. Mourir avec dignité, hein ? Il n’y avait pas de mort digne dans une bataille contre des sauvages. Chaque mort perpétrée par un Akinoa méritait le massacre de tout son clan de monstres sans cervelle.

Soudainement, les éclats de catapulte et les cris s’éteignirent, remplacés par un silence sépulcral. Les Essiméens avaient arrêté leurs machines et, à présent, on ne voyait que les Akinoas devant les murailles, s’agitant comme des bêtes assoiffées de sang. On disait que leur tribu venait du nord. C’étaient des hommes à la peau noire, d’une taille colossale, musclés et tous armés d’énormes haches à double tranchant. Une dizaine d’entre eux tenaient les chaînes qui entravaient un gigantesque troll velu. Le seigneur Vifkan avait toujours admiré les qualités de forgeron des Akinoas, mais aussi leur habileté à dompter les monstres. Bien sûr, le père de Dashvara était un grand admirateur de tout ce qui inspirait de la répugnance à son fils.

Dashvara détourna le regard des terres ondulées et arides de Xalya et scruta le ciel bleu. Pensaient-ils attendre que la nuit tombe pour poursuivre leur attaque ? À moins que l’alliance entre Essiméens, Akinoas et Shalussis ne soit déjà en train de s’effriter ? Le seigneur Vifkan avait secrètement envoyé des agents pour tenter de passer un accord avec les Essiméens, mais aucun n’était revenu et les officiers en avaient déduit qu’ils avaient été éliminés. Cependant, le doute subsisterait toujours ; un homme d’honneur aurait au moins renvoyé leurs têtes, mais quel honneur pouvaient avoir ces sauvages ?

Il baissa de nouveau les yeux vers le chemin de ronde et les soldats. Beaucoup étaient déjà tombés, mais il aurait parié qu’il y avait eu plus de pertes dans l’autre camp. Ceci était certainement une pâle consolation, étant donné que les guerriers du camp ennemi étaient cinq fois plus nombreux.

Un bruit de pas contre la pierre des escaliers lui indiqua qu’un garde approchait, venant probablement lui demander de se réfugier à l’intérieur du Donjon, à la demande du seigneur Vifkan. Après tout, il était le fils premier-né, le successeur de la famille, et sa sécurité était une priorité, n’est-ce pas ? Une telle considération emplissait Dashvara de colère, d’autant plus qu’il savait qu’en ce moment précis, tant de soldats blessés avaient davantage besoin d’aide que lui. Un chevalier n’était-il pas censé lutter aux côtés des siens pour protéger le clan de Xalya ?

— Dashvara de Xalya —prononça la voix autoritaire du shaard derrière lui.

Le… prêtre ?, s’étonna Dashvara. Il se retourna et grimaça de surprise. Devant lui, se tenait Maloven escorté par quatre soldats de Xalya. Le vieux sage servait la famille depuis toujours. C’était l’unique shaard hébergé au Donjon et aussi le dernier prêtre de l’Oiseau Éternel de la Steppe de Rocdinfer, à ce que l’on disait.

— Maloven. Tu peux me dire ce qu’il se passe ? —demanda-t-il. Jamais le shaard n’avait eu quatre hommes pour le protéger.

— Le Donjon va se rendre —expliqua le vieil homme—. Nous allons éviter un massacre. Et ton père te prie de fuir en tant que prisonnier shalussi. Tu dois, pour cela, mettre ces fers.

Un instant, Dashvara demeura si médusé qu’il ne put réagir. Il aurait eu la même impression si Maloven lui avait demandé de se jeter à genoux devant un orc noir et de lui jurer loyauté. Le shaard se racla la gorge et il allait de nouveau rompre le silence quand Dashvara, se reprenant, gronda.

— Je te couperais la tête pour dire une telle chose si tu n’étais pas qui tu es —l’avertit-il—. Mon père ne se rendra jamais.

Le shaard soupira.

— C’est ce que je craignais. Coopère, Dashvara, sinon je devrai employer la force.

Dashvara ouvrit grand les yeux, offensé.

— Essaie de me mettre ces fers, Maloven, et j’enverrai ton corps nourrir nos cochons.

Le shaard pâlit un peu, mais il se reprit rapidement. Il regarda les quatre soldats et, comme un seul homme, ceux-ci s’élancèrent vers Dashvara. Après une seconde de stupéfaction, le jeune homme rugit :

— Trahison !

Il fit un bond en arrière et, longeant les créneaux, il sortit la dague de sa ceinture et la dague de sa botte.

Je suis un idiot.

Il avait laissé ses deux sabres dans la salle, en bas des escaliers.

— Qu’est-ce que cela signifie, Maloven ? —grogna-t-il tout en essayant de maintenir les quatre soldats à distance. C’étaient des gardes un peu âgés et Dashvara n’avait coïncidé avec aucun d’eux dans ses patrouilles, mais il connaissait leurs noms. Ils étaient censés être des hommes du Dahars qui ne trahissaient pas leur Oiseau Éternel. Et à présent ils prétendaient se rendre pour mourir humiliés ? Maudits lâches. Il siffla—. Vous allez le payer très cher.

— Ne résiste pas —répliqua le shaard—. J’essaie de te sauver la vie. Je veux seulement éviter un massacre. Calme-toi et écoute la raison.

— Vieux fou ! —brama Dashvara—. Ils nous tueront tous de toutes façons !

Un instant, il pensa à se jeter du haut des créneaux. Puis il raisonna et trouva l’idée stupide. Il valait mieux mourir en essayant de tuer ces traîtres. Il se rua sur l’un d’eux qui, avant de recevoir le coup, lui entailla adroitement la main avec son sabre, lui faisant lâcher la dague. Dashvara poussa un cri de douleur et de rage.

— Tu viens de souiller le sang de ta famille avec ta vile trahison, soldat ! —cracha-t-il.

Il vit l’homme hésiter et il en profita : il le poussa brusquement, espérant qu’il ne l’embrocherait pas, et il se libéra du cercle. Il s’élança en courant vers les escaliers, priant pour qu’aucun n’ait de couteaux à lancer. Bien sûr, théoriquement, ils n’avaient pas l’intention de le tuer mais de l’humilier en lui permettant la fuite.

— Arrêtez-le, nom d’un démon ! —ordonna Maloven.

Ils le rattrapèrent quand il commença à descendre les escaliers. Dashvara jeta sa dague à l’un d’eux qui l’évita par miracle. Un autre soldat, ayant peut-être oublié les intentions de Maloven, commença à attaquer sérieusement. Dashvara vit venir le sabre et le traître lui aurait sans doute entaillé la poitrine s’il ne s’était pas échappé d’une manière imprévue. En reculant, sa botte manqua la marche et ne trouva que le vide. Le jeune homme perdit l’équilibre et commença à rouler dans les escaliers, se protégeant la tête comme il put. Arrivé en bas, il crut que tout son corps avait été écrasé sous un énorme rocher. Une douleur aiguë lui traversa le dos et la jambe. Il constata aussi que son épaule droite était disloquée. Heureusement, il était toujours conscient.

Un diagnostic formidable, souffla-t-il mentalement. Et maintenant, cours.

Il se leva et entra en claudiquant dans le donjon tout en entendant des bruits de pas précipités contre les marches. Dans la salle, il saisit les deux sabres qu’il avait laissés sur un coin de la table, ou du moins il essaya.

Comme je hais les traîtres.

Lâchant un juron, Dashvara finit par abandonner le deuxième sabre en se rendant compte que son bras droit n’était pas en condition de lutter. Tentant d’ignorer la douleur, il se mit à courir vers la porte qui menait à l’étage supérieur du donjon. Il tourna la poignée. La porte était fermée.

Ah. Très bien. Il ne manquait plus que ça. Très ingénieux, Maloven. Il jura entre ses dents.

Il entendit les soldats pénétrer dans la salle et il frappa la porte de bois massif de son poing ensanglanté avant de se retourner vers les quatre attaquants, comme un loup pris au piège. Les soldats s’arrêtèrent, appréhensifs. Ils connaissaient les qualités du fils du seigneur Vifkan. On disait qu’il maniait le sabre à la vitesse d’un serpent rouge et c’est pourquoi on le surnommait le Prince du Sable.

Le vieux shaard arrivait derrière, la respiration accélérée.

— Maloven ! —brama Dashvara—. Toi qui as toujours prôné l’honneur, la foi, la constance et la vertu… toi ! Tu trahis ton propre clan ? C’est comme ça que tu mets en pratique ce que tu m’as enseigné quand j’étais enfant ?

Le vieux lâche n’osa pas avancer entre les soldats quand il répondit posément :

— Si tu es un homme d’honneur, sauve les familles de ces soldats, de tes frères, de tous ceux qui espèrent que tu feras tout pour leur bien. Ton devoir est de les sauver —insista-t-il.

— Pour qu’ils servent des sauvages ? —Dashvara laissa échapper un rire rageur et il regarda dans les yeux l’homme qui avait hésité avant—. Tu vas te rendre et laisser des sauvages décider du destin de ton épouse, de tes fils et de tes filles ? —Il foudroya le soldat qui l’avait attaqué dans les escaliers et il remarqua la petite marque de brûlure sur sa joue. Il sourit férocement—. Munderef, toi qui as été un esclave fugitif des Essiméens, tu vas trahir le fils de celui qui t’a cependant accueilli et t’a permis de devenir un membre libre de Xalya ?

Aucun des soldats ne répondit. Il siffla entre ses dents et Maloven parla.

— Nous avons déjà organisé la fuite et le seigneur Vifkan a décidé de négocier la reddition.

Dashvara sentait ses oreilles crisser rien que d’entendre le mot « reddition ».

— Le seigneur mon père n’a pas pu accepter de se rendre —tonna-t-il—. C’est impossible.

— Un shaard ne ment jamais —affirma Maloven.

Dashvara le regarda dans les yeux. Le vieil homme était convaincu d’agir correctement.

— Alors, cela signifie que le seigneur Vifkan est devenu fou lui aussi —dit-il enfin et il scruta du regard les cinq traîtres l’un après l’autre—. Vous voulez que je me rende ? Je ne me rendrai pas. Alors, si vous êtes déjà les chiens des Shalussis, tuez-moi ici même. Au moins, je mourrai comme un Xalya.

Franchement, Dash, j’adore ces élans dramatiques que tu as parfois, ironisa une petite voix intérieure. Maloven secoua la tête.

— Ne sois pas ridicule. Il arrive un moment où la reddition peut être la bonne voie, Dashvara. Se rendre face à l’inévitable n’est pas se rendre mais agir avec sagesse. Jette ce sabre par terre.

Dashvara le foudroya du regard.

— Serais-tu en train de me donner un ordre ?

— Seulement un conseil. Ne fais pas le chevalier, Dashvara. Tu es encore un enfant. Tu n’as pas encore vingt ans. Tu ne peux pas te rebeller contre la décision de ton père. Il veut que tu t’enfuies. Et tu vas t’enfuir, même si pour cela tu dois te faire passer pour un prisonnier shalussi. Mets ces fers et je te conduirai auprès du seigneur Vifkan. —Il marqua une pause—. Vas-tu désobéir à ton père ?

Le cœur de Dashvara brûlait de rage. Rage de ne pas pouvoir envoyer à cent mille lieues les Shalussis, les Essiméens et les Akinoas. Rage de ne pouvoir défendre personne. Et rage parce que son père ne le laissait même pas essayer.

Brusquement, il laissa tomber son sabre et l’un des soldats s’avança presque avec révérence pour lui mettre les fers. Ils lui remirent l’épaule en place et Dashvara crut voir trente-six chandelles. Aussitôt après, ils lui ôtèrent le foulard bleu qu’il portait autour de la tête et lui passèrent une main rapide pour emmêler sa chevelure noire. Sous son regard assassin, ils déchirèrent sa chemise blanche, la barbouillèrent de saleté et lui firent enfiler de vieilles chausses noires de Shalussi. On aurait dit qu’ils venaient tout juste de les enlever à un vrai Shalussi. En quelques minutes, Dashvara eut l’impression d’avoir souffert la pire humiliation de sa vie.

— Il vaudrait mieux encore mourir —grogna-t-il.

— Mieux vaut se rendre face à l’ennemi que désobéir à un père —lui répliqua Maloven.

— Si tu veux que je coopère, il vaudra mieux que tu te taises —rétorqua Dashvara.

Le vieux shaard se tut. Il ouvrit la porte et ils se dirigèrent directement vers les appartements du seigneur du Donjon, traversant des couloirs à peine éclairés par les meurtrières. Lorsque le shaard frappa à la porte du seigneur Vifkan, celle-ci s’ouvrit presque immédiatement. Un homme d’un certain âge, robuste et aux traits rudes apparut dans l’encadrement. Il était revêtu de l’armure de cuir et de la tunique blanche de la guerre.

— Quand je t’ai dit de le cabosser un peu, je ne pensais pas que tu oserais réellement le faire, Maloven —commenta-t-il—. Il est parfait —ajouta-t-il en voyant que Maloven pâlissait. Il s’écarta—. Entre, mon fils. Je n’ai que quelques minutes pour te parler. Ensuite nous sortirons pour te livrer avec les prisonniers essiméens. Et pendant ces quelques minutes, s’il te plaît, ne m’interromps pas. J’ai besoin que tu m’écoutes.

Dashvara ferma la bouche à contrecœur et entra en boitant dans la pièce. Celle-ci était simple sans être rudimentaire. Cela sentait l’encens, une des délicatesses de la dame du Donjon. La mère de Dashvara n’était pas précisément raffinée, mais elle avait un goût prononcé pour les parfums. Et elle aimait aussi collectionner les crânes des chefs ennemis que son seigneur époux avait vaincus. Dashvara détourna le regard de l’étagère. Ce n’était pas que la mort lui fasse peur, il l’avait déjà vue trop de fois, mais il ne parvenait pas très bien à comprendre quel était l’objectif d’une telle collection.

Le seigneur son père se tourna vers lui dès qu’il eut fermé la porte.

— Bien, mon fils. Aujourd’hui, tu dois être le plus fort de tous les hommes —prononça-t-il—. Lorsque nous t’aurons livré, tu vivras et, nous, nous mourrons. Mais ne pense pas que je te laisse vivre par quelque faiblesse de mon cœur. Je gouverne les Xalyas avec honneur et dignité. Je ne laisserais pas un de mes fils s’humilier si je n’avais pas une bonne raison. Mon fils, je te confie une mission. Et tu ne dois pas faillir. Tu ne dois pas.

Il se dressait devant Dashvara, regardant son fils aîné avec une gravité intimidante.

— Tu es un homme de Xalya et mon fils premier-né et, en tant que tel, je t’ordonne de tuer tous les chefs de clans qui ont provoqué la chute du Donjon de Xalya moyennant cette alliance traîtresse. —Ses yeux noirs comme la nuit étincelèrent—. Tue-les tous sans exception. Tu connais leurs noms, n’est-ce pas ?

Un immense accablement s’empara de Dashvara. Il acquiesça.

— Je les connais.

— Lifdor, Qwadris et Nanda, de la tribu des Shalussis —récita le seigneur Vifkan—. Shiltapi des Sauvages d’Akinoa. Todakwa, du clan des Essiméens. Tue-les tous —répéta-t-il et il grogna, en découvrant ses dents— : Mais avant de les tuer, mon fils, tue leurs familles. Tâche de les déshonorer.

Dashvara le regarda dans les yeux sans très bien savoir quoi répondre. Cependant, il n’existait qu’une réponse possible. Son père n’était pas fou : il agissait simplement comme un homme désespéré, assoiffé d’une revanche qu’il ne pouvait mener à bien. Un moment, il fut tenté de lui demander pourquoi il n’imposait pas ce sacrifice déshonorant à l’un de ses trois frères cadets et pourquoi il ne le laissait pas, lui, mourir sur le champ de bataille, avec sa famille, aux côtés de son père. Showag avait seize ans. Lui aussi pourrait… “Aujourd’hui, tu dois être le plus fort de tous les hommes.” Dashvara n’en douta pas une seconde : ce que lui demandait le seigneur Vifkan était bien plus dur que mourir. Il lui demandait de laisser périr sa famille et de s’unir au camp ennemi de manière insidieuse, indigne. Il lui demandait de tuer les chefs des clans. Et non de combattre les clans sur un champ de bataille. Il lui demandait de renoncer au code de l’Oiseau Éternel pour rendre une justice vengeresse et traîtresse. Il lui demandait une vengeance sanguinaire.

— Si c’est ce que vous souhaitez, père… —murmura Dashvara, la voix moribonde.

— C’est ce que je souhaite et ce que j’ordonne —répliqua le seigneur Vifkan.

Il posa sa main sur l’épaule de son fils et seul un léger tremblement informa Dashvara de toute la tension accumulée que retenait le seigneur des Xalyas.

— Ton nom est Odek de Shalussi —prononça-t-il—. Tu n’as ni épouse ni enfants. Tes parents sont morts. Tu appartenais à une famille qui a été massacrée par des bandits xalyas. Ils t’ont surpris en train de voler sur les terres de Xalya et ils t’ont fait prisonnier il y a un mois. Tu hais les Xalyas, tu n’aimes pas les Essiméens et tu te méfies des Akinoas. Tu es un Shalussi typique : sauvage, peu fiable, qui travaille et trahit pour de l’argent et qui ne sait pas ce que signifie le mot « honneur ». Tu es un maudit et damné Shalussi —cracha-t-il et un sourire terrible se dessina sur son visage lorsqu’il pointa du doigt le cœur de son fils—. Mais, au fond de toi, tu seras toujours Dashvara de Xalya, fils de Vifkan de Xalya et de Dakia de Xalya, chevalier du Dahars, Prince du Sable et combattant du Vent. Réponds. Pourquoi ton père te force à vivre, Dashvara ?

Dashvara, soutenant le regard de son père, répondit :

— Pour tuer les chefs des clans akinoa, shalussi et essiméen. —Il inclina la tête et ajouta— : Pour venger les Xalyas.

C’est alors sans doute que son père sut à quel point Dashvara comprenait ce qu’il lui demandait. Faisant un geste qu’il n’utilisait plus depuis des années, le seigneur Vifkan le saisit par un bras et lui donna une accolade emplie d’affection.

— Il n’y a pas de déshonneur dans cette vengeance —murmura-t-il—. S’ils attaquent en unissant leurs forces contre un seul clan, aucune règle ni scrupule ne peut t’arrêter. Les chefs de ces clans sont indignes. Et leurs fils le seront aussi. Ne te hâte pas. Infiltre-toi dans les rangs des Shalussis et agis comme eux. Apprends leurs techniques de combat et ne montre pas les tiennes. Apprends à être rusé, fils. Sois prudent comme un serpent. Et, lorsque le moment sera venu, tue.

Il s’écarta et, après avoir adressé un dernier regard à son fils, il s’en fut ouvrir la porte. Maloven attendait avec plusieurs gardes.

— Livrez les prisonniers —déclara-t-il aux gardes—. Et incarcérez le shaard. Tu peux insister autant que tu voudras, Maloven, mais la lâcheté ne fait pas partie de mes défauts, ni de ceux de mes hommes. Nous n’allons pas nous rendre. Nous allons feindre de négocier en remettant les prisonniers. S’il faut mourir, mes amis, nous mourrons en beauté. Si, toi, tu veux vivre comme un esclave, c’est ton problème, mais, dans ce cas, il vaudra mieux qu’ils te trouvent dans un cachot quand le donjon tombera.

Le vieux prêtre avait blêmi. Il ne répondit pas et un garde l’emmena. Se tournant vers Dashvara, le seigneur Vifkan inclina légèrement la tête et ses yeux étincelèrent.

— Tous les Xalyas s’en remettent à toi…, seigneur de la steppe.

Dashvara ne sut que répondre. Il fut entouré par les gardes de Xalya, pâles et tendus, mais dignes. Et ainsi encerclé, il s’éloigna vers ce qui lui sembla être une mort en vie.

* * *

La charge menée par le seigneur Vifkan hors du donjon inspira le respect même aux sauvages. Ils sortirent avec toute la cavalerie, en désespoir de cause. Ils reçurent d’abord les pierres des catapultes. Puis ils reçurent les flèches. De la centaine de cavaliers, un certain nombre tomba avant d’atteindre les premiers rangs des Akinoas. Néanmoins, une fois là, ils causèrent de nombreuses pertes.

Depuis la tente des blessés shalussis, Dashvara observa la bataille, l’expression aussi figée que celle d’une statue sans vie. Le casque rouge de son frère Showag gisait sur le champ de bataille, près d’une pierre catapultée. Le seigneur son père, tombé de cheval, luttait avec ses fidèles guerriers, brandissant ses deux sabres face à d’énormes haches de guerre. Dashvara le vit mourir et il vit comment tous les Akinoas et les Shalussis se précipitaient vers les portes abattues du donjon, criant sauvagement. Aussitôt après, des cris d’horreur et des hurlements se firent entendre. Dashvara avala une bouffée d’air, les yeux écarquillés. Il comprit que, même s’il ne restait plus de guerriers dans le donjon, les Akinoas ne s’arrêteraient pas avant que la dernière âme xalya ne cesse d’exister ou ne se rende. Un feu glacé le brûlait de l’intérieur.

Le Donjon était déjà aux mains des sauvages quand, étonnamment, les Essiméens commencèrent à partir. N’avaient-ils pas l’intention de tirer quelque profit de la ruine qu’ils laissaient derrière eux ? Dashvara se désintéressa vite de chercher une raison à quoi que ce soit.

— Ils t’ont beaucoup torturé, n’est-ce pas ? —demanda soudain la guérisseuse qui lui avait soigné sa main blessée. Son regard reflétait… de la compassion ?

Impossible, pensa Dashvara.

— Maudits Xalyas —se contenta-t-il de dire. Il tituba et se laissa tomber lourdement sur le sol devant la tente des blessés, sur l’herbe sèche—. Maudits, damnés Xalyas —murmura-t-il, l’esprit en feu.

La guérisseuse haussa les épaules.

— Tu t’en remettras. Par contre, ceux du donjon, je doute qu’ils s’en remettent, rassure-toi.

Un instant, il pensa si fort à arracher la langue de cette Shalussi qu’il crut s’être levé pour le faire. Lifdor, Qwadris et Nanda, du clan des Shalussis. Shiltapi, du clan des Akinoas. Todakwa, du clan des Essiméens. Comme une litanie, il se répéta ces noms. “Sois prudent comme un serpent.” Le jour tombait et le soleil rouge baignait de sang les pierres blanches du Donjon de Xalya. Les yeux fixés sur le ciel et la pensée pétrifiée, il parvint à la conclusion que la vie était une maudite illusion. Un rêve qui au moindre bruit se brise. Tout le reste n’était qu’un énorme vide.

Plus tard, il détourna le regard du ciel crépusculaire et vit sortir du Donjon plusieurs files de prisonniers escortés par les Shalussis et les Akinoas. Il y avait des hommes, bien que la majorité soient des femmes et des enfants. Après tout ce massacre, c’était, au moins, une consolation de savoir que ces sauvages prétendaient faire des prisonniers.

Peut-être qu’ils réussiront à s’échapper un jour, pensa-t-il, avec espoir, tout en se redressant. Il cligna des paupières. Peut-être que nous devrions nous être rendus avant, comme le disait Maloven. C’est un sage et il avait souvent raison pour beaucoup de choses… Il repoussa cette pensée. Cela n’avait pas de sens de se lamenter maintenant. Cela n’avait pas de sens non plus de vouloir dire au seigneur Vifkan que cette charge désespérée avait été plus digne de bêtes sauvages que de Xalyas. Et que cette vengeance était davantage celle d’un fou que celle d’un héritier de la steppe. Tout compte fait, quand un homme voit la mort venir, ce n’est plus un Xalya, ni un homme, ni rien. Et quand un homme a perdu tout ce qui lui importe, il est encore moins. Et s’il lui reste un dernier désir auquel s’accrocher, il s’y accroche. Parce qu’il ne lui reste plus rien d’autre.

Les files se divisèrent et se répartirent. Des hommes shalussis se rapprochèrent poussant une file de prisonniers composée uniquement de femmes. Quand Dashvara aperçut un visage trop familier parmi elles, il se figea sans savoir comment réagir. Ils avaient capturé Fayrah, sa sœur de dix-huit ans. Ils lui avaient tout pris. Ses compagnons de patrouille. Ses parents. Sa famille. Ses rêves. Toute sa vie. Et maintenant ils lui prenaient Fayrah.

Il se laissa tomber sur le sol, sentant un énorme, un infini, un terrible vide. Il finit par se convaincre tout à fait qu’il s’était transformé en une statue froide et morte. Il ne sut pas combien de temps il resta là, allongé, regardant le ciel sans le voir, laissant la souffrance l’envahir, le paralyser et lui glacer le sang jusqu’à l’anéantir. Finalement, des mains fortes le soulevèrent et le conduisirent à l’intérieur de la tente des blessés. Il laissa les sauvages le mener comme on mène un enfant perdu. Voilà ce que je suis devenu, pensa-t-il. Il n’était plus un chevalier du Dahars. Il n’était pas un Xalya de l’Oiseau Éternel. Il était Odek. Un sauvage.

Un maudit Shalussi.